Voyages et immigration – L’ex-député de l’immigration, Noureddine Belmeddah s’est exprimé ce jeudi sur la possibilité d’organiser des vols vers l’Algérie au départ de la Grande Bretagne.

Advertisement

Le gouvernement algérien a partiellement ouvert les frontières du pays depuis le 1er juin dernier, mais de nombreux citoyens établis à l’étranger n’ont pas encore réussi à rentrer en Algérie. Ceci est dû au nombre très restreint des vols qui ne satisfait pas la très forte demande de la diaspora. Au départ de la France, où réside la plus grande communauté d’algériens expatriés, il y a actuellement un total 7 vols par semaine. Ceux-ci sont assurés par Air Algérie, Air France, ASL Airlines, Vueling Airlines et Transavia. Le reste des liaisons à destination de l’Algérie a lieu au départ de Barcelone, Tunis, Istanbul, Francfort et Rome.

Dans ce contexte, plusieurs voix se sont élevées pour réclamer une ouverture plus large des frontières algériennes. C’est notamment le cas du sénateur Abdelouahab Benzaïm, qui a saisi le premier ministre algérien par le biais d’une lettre ouverte il y a quelques jours. Benzaïm a ainsi estimé que les autorités devraient rouvrir totalement les frontières du pays, avec notamment une reprise des dessertes maritimes. le député Abdelouahab Yagoubi a également annoncé, au début de cette semaine que la réouverture totale des frontières devrait intervenir à la fin du mois d’août en cours. Toutefois, et en l’absence d’une annonce officielle des autorités, cette annonce reste du domaine de la supposition.

Vols Grande Bretagne – Algérie : un ex-député s’exprime

De son côté, l’ex-député de l’immigration Noureddine Belmeddah s’est exprimé ce jeudi sur la possibilité d’organiser des vols au départ de la Grande Bretagne vers l’Algérie. Ce pays n’est, rappelons-le, pas encore concerné par la réouverture partielle de l’espace aérien algérien, et ce malgré le fait qu’il s’agit d’un pays où est installée une communauté algérienne importante.

Dans une publication relayée sur sa page Facebook officielle ce jeudi, Noureddine Belmeddah a expliqué que la non organisation de vols depuis la Grande Bretagne était due à un manque de volonté dans ce sens. « En réponse à une question que j’ai reçue d’un nombre important de personnes issues de notre communauté en Grande-Bretagne sur les raisons pour lesquelles British Airways n’est pas autorisée à opérer vers l’Algérie, j’ai contacté un ami, un fonctionnaire du ministère des Transports », a-t-il indiqué. « Il m’a assuré que British Airways n’a jamais demandé d’autorisation pour opérer des vols vers l’Algérie depuis la fermeture de la frontière. Si la compagnie aérienne britannique demande une telle autorisation aux autorités algériennes, elle l’obtiendrait », explique l’ancien élu à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Lire également : Un jeune mortellement lynché en Kabylie : ce qui s’est passé (parquet)

Advertisement