Voyages et immigration – Le sénateur du FLN, Abdelouahab Benzaïm a sévèrement critiqué Air Algérie au sujet de la vente des billets pour ses vols à destination de l’Algérie.

Advertisement

Les problèmes d’acquisition des billets à destination de l’Algérie continuent de susciter de nombreuses critiques. Actuellement, de nombreux algériens résidant à l’étranger peinent toujours à réserver leur place pour rentrer au pays. Ceci est notamment dû au nombre très réduit des vols, qui est loin de couvrir la très forte demande. À titre d’exemple, Air Algérie n’assure actuellement que trois vols par semaine au départ de la France, alors que les rotations entre les deux pays étaient en moyenne d’une cinquantaine par jour avant le début de la crise sanitaire.

Air Algérie n’est d’ailleurs pas la seule touchée par les problèmes relatifs aux billets. À titre d’exemple, Transavia avait également fait l’objet de nombreuses critiques concernant la vente des billets pour son vol de demain jeudi entre Paris et Oran. Le site web de ladite compagnie était inaccessible lors de l’ouverture des réservations, et les billets avaient tous été vendus alors que de nombreuses personnes, qui surveillaient la vente pendant plusieurs heures n’ont pas réussi à réserver leurs places.

Vente des billets : un sénateur critique sévèrement Air Algérie

De son côté, le sénateur Abdelouahab Benzaïm est monté au créneau et a sévèrement critique Air Algérie pour sa gestion de la vente des billets à destination du territoire national. Il est à noter que depuis plusieurs semaines, la compagnie nationale est accusée d’opacité sur ce volet. Plusieurs membres de la communauté algérienne à l’étranger n’ont pas hésité à accuser ladite compagnie de vendre ses billets en dehors du cadre légal.

« À ce jour, Air Algérie fait toujours partie des entreprises publiques et non privées. Si vous l’avez oublié, je vous le rappelle : la gestion de cette compagnie depuis le début de votre intérim est catastrophique », a notamment écrit le sénateur sus mentionné dans une lettre ouverte au Directeur général par intérim d’Air Algérie, Amine Mesroua. Le parlementaire reproche notamment au patron de la compagnie nationale sa gestion de l’opération de vente des billets au départ de l’étranger, en citant l’exemple des autres compagnies desservant l’Algérie.

« Tunis air vend le Tunis-Alger entre 850€ et 1050€ sur leur site directement. Air France vend le Paris-Alger, seulement entre 650€ et 850 €. Vueling vend le Marseille-Oran entre 650€ et 800€. ASL vend le Paris Alger entre 600€ et 900€ », a-t-il notamment énuméré, en accusant Amine Mesroua d’avoir « permis aux compagnies étrangères de réaliser des bénéfices faramineux sur le dos de la compagnie nationale ». 

« Ceci peut être considéré comme un crime économique, car votre objectif est commercial et vous êtes censé être à l’affût de tout ce qui se passe sur le marché national et ramener des solutions managériales et marketing en temps de crise », conclut le même sénateur dans sa lettre, qu’il a rendue publique ce mercredi sur sa page Facebook officielle.

Lire également : Généralisation du Pass sanitaire en France : quel impact pour les voyageurs algériens ?

Advertisement