Voyages et immigration – L’Europe pourrait assouplir prochainement ses restrictions sur les voyages pour les algériens. L’UE a en effet invité la Russie à des négociations en vue d’une éventuelle reconnaissance du vaccin Sputnik V utilisé par de nombreux pays dont l’Algérie.

Advertisement

Les frontières algériennes sont partiellement ouvertes depuis le 1er juin dernier, et des vols au départ et à destination du pays sont assurés dans le cadre de cette décision. Le gouvernement a également mis en place un protocole sanitaire strict pour les personnes voyageant dans le sens étranger-Algérie. Celles-ci doivent ainsi présenter un test PCR réalisé moins de 36 heures avant la date de leur départ et se mettre à l’isolement à leur frais pendant cinq jours à leur arrivée en Algérie. Cette période de confinement, qui aura lieu dans un hôtel réservé à cet effet se conclura par un test de dépistage anti covid-19 et pourra être rallongée de cinq jours supplémentaires en cas de résultat positif.

Les voyageurs dans le sens Algérie-étranger restent quant à eux soumis aux conditions d’entrée de leur pays d’accueil. En Europe, seules l’Espagne et l’Allemagne autorisent l’entrée des algériens voyageant avec des visas touristiques à l’heure actuelle. L’Espagne exige néanmoins que les personnes de cette catégorie soient vaccinées. Concernant la question de la vaccination, la majorité des pays européens ne reconnaissent que les vaccins homologués par l’Agence européenne du médicament, à savoir Pfizer, Astrazeneca, Moderna et Johnson & Johnson. Parmi ces quatre vaccins, seul Astrazeneca est utilisé par l’Algérie.

Voyages en Europe : vers moins de restrictions pour les algériens ?

Toutefois, les algériens pourraient effectuer des voyages vers l’Europe avec moins de restrictions à l’avenir, avec une éventuelle reconnaissance par les autorités européennes du vaccin Sputnik V qui est largement utilisé en Algérie. Selon ce que rapporte le média spécialisé Schengen visa Info ce vendredi, l’UE a ainsi invité la Russie à des négociations en vue d’une reconnaissance mutuelle de leurs certificats de vaccination. Cette proposition ouvre ainsi la voie à l’entrée du Sputnik V sur la liste des vaccins reconnue au sein de l’Union Européenne.

Le certificat vaccinal européen, entré en vigueur depuis le 1er juillet en cours ne reconnaît pour le moment que les quatre vaccins homologués par l’Agence européenne du médicament (EMA), mais cette liste reste encore ouverte à d’autres vaccins. D’autre part, une reconnaissance par l’UE des certificats vaccinaux de pays utilisant des vaccins autres que ceux homologués par l’EMA conduira automatiquement à la reconnaissance desdits vaccins au sein de l’espace européen. Toutefois, les pays du vieux continent restent toujours habilités à décider individuellement de la reconnaissance ou non d’un vaccin sur leur territoire. C’est notamment le cas de l’Espagne, qui en plus des quatre vaccins reconnus par l’EMA reconnaît également les vaccins Sinopharm et Sinovac, ainsi que Serum Institute of India.

Lire également : Voyages : les vaccins utilisés en Algérie bientôt approuvés par l’UE ?

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici