Voyages et immigration – Le peu de vols qu’assure Air Algérie au départ de l’étranger risquent de se retrouver compromis, et ce après un nouveau mouvement de protestation de ses pilotes.

Advertisement

Air Algérie se trouve dans une situation financière délicate depuis déjà plusieurs années. La fermeture des frontières nationales en mars 2020, en raison de la pandémie de Covid-19, n’a fait qu’empirer les choses. Ladite compagnie a ainsi subi des pertes de plusieurs dizaines de milliards de dinars, selon des chiffres communiqués notamment par le ministère des transports.

Dans ce contexte, les mouvements de protestation de la part des employés d’Air Algérie ne sont pas rares. Retard dans le versement des salaires ou non-versement des primes sont autant de raison qui suscitent la colère du personnel de la compagnie nationale depuis plusieurs années. La situation s’est particulièrement dégradée sous l’ancien PDG d’Air Algérie, Bakhouche Allache, limogé au début de l’année en cours suite à un scandale ayant trait à sa gestion.

Son successeur par intérim, Amine Mesroua ne semble également pas faire mieux, puisqu’il n’est également pas parvenu à satisfaire les nombreuses revendications du personnel de la compagnie nationale.

Les vols d’Air Algérie au départ de l’étranger compromis ?

Le peu de vols qu’assure actuellement Air Algérie (51 par semaine, ndlr) risquent ainsi de se retrouver compromis, suite à une nouvelle protestation du Syndicat des pilotes de ligne (SPLA). Dans une note adressée à ses membres, ce dernier les a notamment appelés à cesser d’utiliser le système automatisé mis en place par la compagnie nationale pour la gestion des programmes de ses pilotes.

« À partir du 1er janvier 2022, tous les pilotes doivent renoncer à l’utilisation de l’E-Crew. Le programme doit être établi et distribué dans les casiers. Tout déclenchement ou changement doit être notifié dans une convocation dûment acheminée vers le domicile du pilote », lit-on dans la note dudit syndicat.

Le même syndicat a également appelé les pilotes d’Air Algérie à cesser d’effectuer des vols long courrier, notamment en direction et en provenance du Canada, en raison de la suspension du versement des frais de mission pour ce type de vols. Le SPLA appelle ainsi les pilotes à « notifier la Direction des opérations aériennes avec copie au SPLA de leur refus d’effectuer les vols long-courriers (Montréal, Pékin…) en réponse à la suspension unilatérale et injustifiée des frais de missions relatifs à ces vols ».

Air Algérie risque donc de s’enfoncer davantage dans la crise, notamment en cas de grève de ses pilotes. Actuellement, la compagnie nationale n’effectue qu’un nombre de vols très faible en comparaison de ce qu’elle offrait avant la crise sanitaire. Selon plusieurs observateurs, il faudrait qu’elle revienne au minimum à 50% de son programme d’avant la pandémie pour pouvoir faire face à ses difficultés financières.

Lire également : Voyages de France vers l’Algérie : bientôt possibles avec seulement une carte d’identité ?

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici