Connect with us
istanbul escort

casino siteleri güvenilir bahis siteleri slot siteleri iddaa siteleri

Algérie Visas et Voyages

Voyages pour les Algériens : de nombreux pays d’Europe allègent leurs conditions

Published

on

Voyageurs algériens Europe conditions

Voyages et immigration – De nombreux pays d’Europe ont annoncé l’allègement des conditions d’entrée sur leur territoire pour les voyageurs algériens. Il s’agit notamment, de l’Italie, de l’Espagne ou encore de l’Allemagne.

L’espoir d’un retour rapide à la normale dans le secteur des voyages a ressuscité depuis quelques semaines, avec l’amélioration de la situation sanitaire dans de nombreux pays. La vague du variant Omicron, qui a touché le monde il y a quelques semaines s’est en effet estompée en Europe, mais également en Algérie.

Ainsi, le dernier bilan du ministère de la santé, rendu public hier 1er mars, faisait état de l’enregistrement de 74 nouveaux cas et de 5 nouveaux décès. Une situation qui plaide donc en faveur d’une ouverture plus large des frontières et de l’augmentation du nombre de vols, d’autant plus que le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie, a estimé hier qu’il n’y avait « aucun empêchement sanitaire » à ce sujet. « Il faut rendre la vaccination obligatoire pour les gens qui viennent. Pour les vaccinés, le test PCR ne doit plus être exigé. Seul un test antigénique à l’arrivée suffit. Les non-vaccinés, on peut leur exiger un test PCR de 48h. Le délai de 36h est très court. », avait-il suggéré dans une déclaration au média spécialisé Visa Algérie.

Voyageurs algériens en Europe : de nombreux pays allègent les conditions

Dans ce contexte, de nombreux pays d’Europe ont d’ailleurs annoncé l’allègement des conditions d’entrée sur leur territoire pour les voyageurs étrangers, dont les algériens. C’est notamment le cas de l’Allemagne, de l’Espagne ou encore de l’Italie, trois pays de l’espace Schengen avec lesquels Air Algérie assure des vols depuis plusieurs mois.

L’Allemagne a ainsi retiré l’Algérie de sa liste de pays à haut risque depuis quelques jours, et compte prendre de nouvelles mesures à partir du 6 mars prochain. Selon le média spécialisé Visa Schengen Info, les autorités allemandes prévoient en effet de supprimer l’obligation de fournir un test de dépistage et de subir une période de quarantaine pour les voyageurs vaccinés en provenance des pays externes à l’Union Européenne, à condition que lesdits pays n’enregistrent pas de circulation active de l’un des variants de la Covid-19.

L’Espagne a également décidé d’admettre sur son territoire les voyageurs en provenance de pays tiers et qui sont guéris de la covid-19, même s’ils ne sont pas vaccinés. Le pays de la péninsule Ibérique devient ainsi le premier en Europe à accepter le certificat de rétablissement de la maladie pour les voyageurs souhaitant entrer sur son territoire. La seule condition est que les voyageurs en question doivent être guéris depuis moins de 180 jours.

Pour voyager en Italie, il n’est désormais plus nécessaire de présenter un test de dépistage, et les autorités de ce pays ont également décidé de supprimer le régime des motifs impérieux qui était en vigueur jusque là. Le ministère italien de la santé a précisé que ces mesures concernaient à la fois les voyageurs européens et ceux des pays tiers.

Enfin, le Danemark a également supprimé la condition de présenter un test de dépistage pour les voyageurs en provenance de pays ne faisant pas partie de l’Union Européenne. La seule condition est que ces voyageurs présentent la preuve d’un schéma vaccinal complet. Cette mesure, entrée en vigueur depuis hier mardi, sera appliquée jusqu’au 29 mars, et pourra être prolongée à condition que la situation sanitaire ne se dégrade pas.

Notons que ces mesures interviennent quelques jours après des recommandation de l’Union Européenne adressées à ses membres il y a quelques jours. Parmi ces recommandations, figurait notamment celle de mettre fin au régime des motifs impérieux, et d’admettre les voyageurs vaccinés avec un modèle de vaccin reconnu par l’OMS mais non homologué par l’agence européenne du médicament.

Lire également : Guerre en Ukraine : La galère d’une étudiante algérienne (témoignage)

Trending