Voyages et immigration – Une nouvelle mesure a été adoptée pour les membres de la diaspora qui effectuent des voyages vers l’Algérie. Celle-ci devrait entrer en vigueur dès le début de l’année 2022.

Advertisement

Les voyages à destination de l’Algérie ont repris progressivement depuis le 1er juin dernier. Actuellement, le gouvernement a augmenté le nombre de vols hebdomadaires à 98 au départ d’une dizaine de pays différents. Ce chiffre, plusieurs fois jugé insuffisant, permet néanmoins d’absorber une partie de la demande des algériens de l’étranger.

Les traversées maritimes ont également repris depuis le 21 octobre dernier, après plus d’un an et demi d’interruption. Actuellement, il y a trois compagnies maritimes qui desservent le pays. Il s’agit d’Algérie Ferries, Corsica Linea et Balearea. Cette dernière a annoncé la reprise de ses voyages entre l’Espagne et l’Algérie pour le 20 novembre prochain.

Dans ce contexte, les personnes arrivant de l’étranger transportent souvent plusieurs types de produits dans leurs bagages. Sur les réseaux sociaux, les questions concernant notamment la quantité et les types de produits autorisés par voyageur sont devenues récurrentes.

Voyages vers l’Algérie : une nouvelle mesure instaurée

Dans ce sens, la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) a adopté une nouvelle mesure pour les membres de la diaspora qui effectuent des voyages vers l’Algérie. Cette mesure devrait entrer en vigueur dès le début de l’année 2022.

Dans les détails, il s’agit d’une modification de la quantité maximale de produits que les voyageurs peuvent ramener depuis l’étranger sans être soumis aux taxes habituelles concernant les importations. Dans le projet de loi des finances 2022, le montant des produits autorisé par voyageur a été porté à 300.000 dinars algériens (30 millions de centimes). Cette mesure concerne toutefois uniquement les produits destinés à un usage personnel du voyageur, et donc sans caractère commercial.

La Commission des finances et du budget de l’APN a ainsi validé cette nouvelle modification, a indiqué l’agence de presse officielle hier mardi. Désormais, les voyageurs entrant sur le territoire national ont le droit de transporter des produits d’une valeur allant jusqu’à 300.000 dinars, soit un peu plus de 1800 euros au taux de change officiel. Au delà de cette somme, le transports des produits sera considéré comme de l’importation et soumis aux lois qui régissent cette activité.

Lire également : Prix des billets France-Algérie : le premier ministre algérien réagit

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici