Actualité algérienne – Le gouvernement algérien a proposé, avant-hier dimanche un plan d’urgence pour la restructuration des deux compagnies nationales Air Algérie et Algérie Ferries.

Advertisement

Comme partout ailleurs dans le monde, le secteur du transport aérien et maritime en Algérie a grandement souffert de la crise sanitaire de Covid-19 qui dure depuis le printemps 2020. Air Algérie et Algérie Ferries, les deux compagnies nationales du transport aérien et maritime, ont été touchées de plein fouet suite à la suspension de leurs activités le 17 mars 2020, date de la fermeture des frontières algériennes. Si Air Algérie a partiellement repris ses activités internationales depuis le 1er juin dernier, elle n’a toujours pas réussi à combler l’énorme gouffre financier dans lequel elle se trouve depuis plus d’une année. La compagnie nationale n’a d’ailleurs toujours pas entamé le remboursement de ses clients dont les vols ont été annulés, faute de moyens financiers suffisants.

De son côté, Algérie Ferries n’a toujours pas repris ses activités, du fait du maintien de la fermeture des frontières maritimes algériennes. En 2020, celle-ci a subi des pertes de quelques 10 milliards de Dinars, selon des chiffres avancés notamment par l’ancien ministre des transports Lazhar Hani. Selon plusieurs sources, cette entreprise nationale risque la faillite sans une intervention urgente de la part des autorités.

Air Algérie et Algérie Ferries : les propositions du gouvernement

C’est dans ce contexte que le gouvernement d’Aymen Benabderrahmane, réuni en urgence dimanche 15 août a proposé un plan d’urgence pour la restructuration d’Air Algérie et d’Algérie Ferries. « Les mesures proposées qui seront réalisées avant la fin du premier trimestre 2022, concernent notamment la restructuration de la flotte maritime et aérienne nationale, de telle sorte qu’elle puisse jouer son rôle de vecteur de croissance. », ont indiqué les services du premier ministre dans un communiqué rendu public par l’agence de presse officielle algérienne. « Le Premier ministre a insisté notamment sur la nécessité d’optimiser l’organisation du secteur et de moderniser le management des compagnies nationales de transports, l’ouverture du transport aérien à l’investissement privé, l’augmentation de la part du marché du pavillon national, en sus de l’amélioration de la qualité des prestations fournies aux citoyens. », lit-on dans le même communiqué.

La même source indique par ailleurs que le premier ministre algérien, Aymen Benabderrahmane a instruit le ministre des transports Aïssa Bekkai « à l’effet de mettre en place, avant la fin de l’année en cours, l’Autorité portuaire déjà instituée par texte réglementaire, et de rentabiliser par ailleurs la base de maintenance aéronautique d’Air Algérie, en partenariat avec des compagnies aériennes internationales. ».

Lire également : Confusion autour des vols France-Algérie : ASL Airlines apporte de nouvelles précisions

Advertisement