Algérie-Maroc– Cheb Khaled, le chanteur de raï algérien, a tenu à s’exprimer de nouveau à propos des attaques récentes auxquelles il fait face en Algérie à cause de ses relations avec le Maroc.

Advertisement

La dernière campagne de critiques visant Cheb Khaled en Algérie, n’aurait pas affecté le king du raï algérien. « Depuis que j’ai débuté dans ce métier, il y a toujours eu des personnes qui me critiquent, mais elles sont minoritaires. Je suis aguerri à ces attaques depuis plusieurs années », a-t-il notamment déclaré à ce sujet dans un entretien publié sur le média marocain L’Économiste, en date du 28 septembre.

Les déclarations de Cheb Khaled interviennent un mois après la vive polémique suscitée par son nouveau single intitulé «Elle s’appelle Beyrouth». Chanson dans laquelle il rend un vibrant hommage à la ville sinistrée. En effet, l’apparition du drapeau marocain dans le clip du chanteur, aux côtés des drapeaux libanais et algérien, n’avait pas été du goût de nombreux internautes algériens.

Cheb Khaled veut se battre pour casser les frontières entre le Maroc et l’Algérie

Cheb Khaled dit vouloir se battre pour un «Maghreb Uni». «Je me battrai toute ma vie, jusqu’à ma mort, pour casser les frontières entre le Maroc et l’Algérie. Il faut laisser les politiques faire leur travail, ce qui est loin d’être facile, mais j’ai foi en l’avenir. C’est des sujets que nous avons évoqué avec le Roi Mohammed VI, auquel je voue une grande admiration», a-t-il notamment affirmé à ce sujet.

Pour rappel, cheb Khaled, considéré comme étant le roi de la chanson Rai en Algérie, a toujours eu des relations de proximité avec le makhzen. Ce qui lui valu un grand nombre d’attaques, et à maintes reprises en Algérie. Les algériens lui reprochent son penchant pour le Maroc au détriment de son pays natal.

Lire également :

Algérie : Abdelmadjid Tebboune égratigne le Maroc

 

 

 

 

Advertisement