Voyages et immigration – Plusieurs centaines d’algériens sont toujours bloqués à l’étranger, notamment en France et au Canada. C’est notamment le cas d’un couple de retraités algériens qui se trouve depuis plus d’une année dans ce pays d’Amérique du Nord, et dont le témoigne a été rapporté par le site web Radio Canada.

Advertisement

Hafid et Rachida sont un couple de retraités algériens bloqués depuis une année au Canada. Tout a commencé pour eux le 16 mars 2020, date de leur arrivée dans ce pays d’Amérique du Nord pour rendre visite à leur fille qui habite à Vancouver, dans le Sud-Ouest du Canada. Mais le lendemain de leur arrivée, soit le 17 mars 2020, les autorités algériennes ont annoncé la fermeture des frontières du pays et la suspension de tous les vols réguliers au départ et à destination de l’Algérie. Cette mesure, rappelons-le, est toujours en vigueur et les autorités algériennes n’ont annoncé aucune date pour sa levée.

En plus de la fermeture des frontières, rappelons également que les autorités algériennes ont décidé de suspendre tous les vols spéciaux en provenance de l’étranger, et ce jusqu’au 31 mars prochain au moins. À l’heure où des centaines d’algériens encore bloqués à l’étranger attendent une éventuelle reprise des opérations de rapatriement pour le mois d’avril, une telle décision semble de moins en moins plausible avec l’apparition de deux nouveaux variant du Coronavirus en Algérie, dont le variant britannique classé comme par l’OMS dans la catégorie des souches « particulièrement inquiétantes » de la maladie.

Le calvaire d’un couple de retraités algériens bloqués au Canada

« J’ai dit, ça va aller mal, on va galérer. Je savais qu’on allait galérer. », a indiqué Habib au site Radio Canada, qui rapporte l’histoire du couple de retraités algériens bloqués depuis une année au Canada. Alors que ceux-ci avaient initialement prévu de rentrer en Algérie en août 2020, ils n’ont pas pu trouver de vol retour et se trouvent toujours chez leur fille à Vancouver, dans la province de Colombie Britannique. « C’est comme si j’étais en prison, même si je suis gâté par ma fille (…). Des fois, j’hésite à ouvrir le frigo (…) parce que quand même, c’est une charge pour elle », relate le même ressortissant algérien.

Les deux retraités n’ont pas pu prendre de vols retour, malgré l’organisation par Air Algérie d’une vaste opération de rapatriement touchant plusieurs pays, dont le Canada, à la fin du mois de décembre 2020. Leur fille, également citée par Radio Canada, explique ne pas avoir confiance en la compagnie aérienne nationale. « Ils ont littéralement annoncé des vols de rapatriement pour le lendemain qui ont été annulés le jour même et les gens se retrouvent sans ressources financières, à se demander “qu’est-ce qu’on fait maintenant ?” », a-t-elle déclaré. « Ça serait vraiment bien si le gouvernement canadien commençait à considérer des exceptions pour leur permettre de travailler, parce qu’il y a beaucoup de personnes qui sont coincées et qui ne peuvent pas repartir », a-t-elle ajouté.

Comme Hafid et Rachida, ils sont des centaines d’algériens encore bloqués dans des pays étrangers, sans possibilité de rentrer au pays. Beaucoup de ces algériens ont d’ailleurs exprimé leur colère face à cette situation. C’est notamment le cas du Forum de la communauté algérienne en Turquie, qui a appelé les autorités du pays à « permettre aux algériens bloqués dans d’autres pays à rentrer avec des compagnies étrangères, dans le respect des mesure sanitaires actuellement en vigueur. »

Lire également : Visas pour la France : les couples franco-algériens montent au créneau

Advertisement