Actualité politique – Le président français, Emmanuel Macron a pris une nouvelle décision concernant les archives de la guerre d’Algérie. Ce dossier est, rappelons-le, parmi ceux qui suscitent le plus de tensions entre les deux pays.

L’Algérie réclame à la France depuis plusieurs années les archives relatives à la période coloniale dans ce pays (1830-1962), et notamment celles ayant trait à la guerre de libération nationale. En décembre dernier, le conseiller à la présidence chargé des archives, Abdelmadjid Chikhi était notamment monté au créneau à ce sujet. M. Chikhi avait ainsi accusé les autorités françaises d’« avancer de faux prétextes » pour éviter la restitution de ces documents à leurs homologues algériennes.

Plusieurs historiens ont également dénoncé une mesures visant à interdire l’accès à toutes les archives classées « secret défense » pour la période allant de 1930 à 1970. Dans une pétition lancée en janvier dernier, les concernés avaient ainsi dénoncé cette mesure contraire à une loi de 2008, qui donnait accès à toutes les archives remontant à un délai de plus de 50 ans. « Le problème est que cela rend impossible d’écrire l’histoire de notre pays. C’est comme si l’État se posait en directeur de recherches, de thèses, et que c’était lui qui décidait de ce qui pouvait être écrit ou dit », avait dit Pierre Mansat, président de l’association Josette et Maurice Audin, dans une déclaration accordée à Ouest-France au début du mois de février de cette année.

Archives de la guerre d’Algérie : Macron franchit un nouveau pas

De son côté, le président français, Emmanuel Macron, vient de franchir un nouveau pas concernant les archives de plusieurs périodes historiques, dont la guerre d’Algérie. Dans ce sens, le chef de l’État français a décidé de déclassifier toutes les archives estampillées « secret défense », jusqu’au 31 décembre 1970 inclus. « Le président de la République a pris la décision de permettre aux services d’archives de procéder dès demain aux déclassifications des documents couverts par le secret de la Défense nationale selon le procédé dit ‘de démarquage au carton’ jusqu’aux dossiers de l’année 1970 incluse », a indiqué un communiqué de l’Élysée rendu public ce mardi 9 mars.

Cette décision facilitera donc l’accès aux archives des périodes concernées, et permettra d’accélérer leur déclassification. Cette mesure fait partie, rappelons-le, des préconisation du rapport que Benjamin Stora avait transmis à l’Élysée le 20 janvier dernier. Avant cette décision du chef de l’État français, l’accès aux archives classées « secret défense » touchait uniquement les dossiers antérieurs à 1954, année du déclenchement de la guerre de libération nationale.

Lire également : Colonisation : comment la France veut verrouiller les archives de la guerre d’Algérie