Voyages et immigration – Des centaines d’étudiants algériens vivent un véritable calvaire faute de pouvoir obtenir une autorisation de sortie pour voyager hors d’Algérie.

Le ministère de l’Intérieur algérien ne délivre en effet plus d’autorisations de sortie du territoire national, alors que l’obligation d’obtenir ce document reste en vigueur pour les titulaires de visas à destination de plusieurs pays. Sur son site web officiel, ledit ministère refuse ainsi systématiquement les demandes pour l’obtention de ce document depuis maintenant plus de deux mois, invoquant comme motif de refus la « perturbation des vols » avec l’Algérie.

Face à cette situation, les personnes concernés par ce document ont déjà entrepris plusieurs actions pour trouver une solution à leur problème. Elles ont ainsi protesté à plusieurs reprises devant le siège du ministère de l’Intérieur, et saisi les autorités compétentes quant à leur situation. Pour le moment, aucune source officielle ne s’est encore exprimée à ce sujet, qui a pourtant été relayé par de nombreux médias de la presse nationale.

Autorisation de sortie d’Algérie : des centaines d’étudiants vivent un calvaire

Parmi les catégories concernées par cette autorisation de sortie, figurent des centaines d’étudiants qui ne peuvent pas quitter l’Algérie faute de pouvoir obtenir le fameux document. « Nous sommes plus de 1000 étudiants titulaires de visas et privés de voyager. D’ici fin juin nous seront plus de 3000 puisque la délivrance des visas d’études se poursuit toujours », témoigne notamment un étudiant titulaire d’un visa pour le Canada dans une déclaration à Dnalgerie. « Nous ne comprenons pas les refus systématiques d’autorisations de sortie, alors que nous n’avons aucun impact sur la propagation du Coronavirus en Algérie. Nous sommes sortants pour une période d’une année au minimum », ajoute la même source.

« On ne demande qu’une seule chose, c’est que cette autorisation soit annulée pour les titulaires de visas d’études ou de travail, ainsi que pour les personnes qui doivent voyager pour des raisons médicales », ajoute notre interlocuteur, qui ne cache pas son inquiétude face à l’impact que pourrait avoir la poursuite de ce blocage. « Je risque de voir mon visa expirer et de perdre ma place à l’université, alors que dans le même temps les titulaires de visas d’études pour la France, à titre d’exemple, peuvent voyager le plus normalement du monde. Ce n’est pas logique », a-t-il encore dit.

Outre les étudiants et les travailleurs, des malades nécessitant une prise en charge urgente à l’étranger se trouvent également dans l’impossibilité de voyager. C’est notamment le cas d’un jeune âgé de 26 ans et originaire de la wilaya de Béjaïa, dont les proches ont exprimé il y a quelques jours leur désarroi face à l’impossibilité de le transférer à l’étranger faute d’une autorisation de sortie. « Le 10 février 2021 on a pu rassembler la somme nécessaire pour envoyer Hamza se soigner à l’étranger, (…) malheureusement son état de santé s’est dégradé maintenant, vu qu’il a fait un AVC ischémique… il souffre également d’une sévère anémie », a notamment déclaré un des proches du jeune homme interviewé par la chaîne Berbère TV. « Le 7 avril dernier, une délégation est allée au ministère de l’intérieur et a pu déposer une demande d’autorisation… 10 jours après, on n’a toujours pas de réponse (…) on espère de [l’État] de juste nous fournir une autorisation de sortie », a-t-il expliqué.

Lire également : Renvoyés par le Canada : des étudiants algériens bloqués au Maroc