Voyages et immigration – Le porte-parole d’Air Algérie, Amine Andaloussi s’est une nouvelle fois exprimé au sujet des prix des billets de la compagnie nationale, qui enregistrent une relative baisse depuis quelques jours.

Advertisement

La réouverture partielle des frontières algériennes, effective depuis le 1er juin dernier, a permis de reprendre les voyages à destination du pays après plus d’une année d’interruption. Néanmoins, les prix élevés des billets ont vite calmé les ardeurs de la diaspora, dont beaucoup de membres se sont retrouvés dans l’impossibilité de voyager à cause des tarifs hors de portée.

Sur la ligne Paris-Alger, la moyenne des prix était ainsi de 500 euros par personne pour un aller simple pendant plusieurs mois. Ces tarifs pouvaient atteindre, voire dépasser les 800 euros chez certaines compagnies. Air France ou Transavia font ainsi partie des compagnies qui pratiquent les tarifs les plus élevés sur cette ligne, alors qu’Air Algérie a gardé des prix relativement accessibles en comparaison avec ses concurrentes.

Toutefois, les prix des billets enregistrent des baisses occasionnelles depuis le début de ce mois de janvier 2022. Transavia a ainsi mis en vente des billets à moins de 240 euros, soit un prix jamais vu depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Baisse des prix des billets : Air Algérie s’exprime

Dans ce contexte, le porte-parole d’Air Algérie, Amine Andaloussi s’est exprimé au sujet de cette baisse relative des prix des billets. Selon lui, celle-ci s’explique par une légère baisse de la demande après la période des congés de fin d’année, mais également par l’impact du variant Omicron. Celui-ci, qui touche le monde depuis plusieurs semaines a ainsi conduit de nombreuses personnes à éviter de voyager, notamment de peur de se retrouver bloquées en cas de nouvelle fermeture des frontières.

« On ne peut pas affirmer une baisse de la demande, car nous sommes dans une période où les voyages diminuent juste après les vacances de fin d’année, mais on remarque aussi que l’Omicron dissuade les voyageurs », a dit M.Andaloussi dans une déclaration au média spécialisé Visa Algérie. « Sur les vols avec Paris, il est quasiment impossible de trouver des places jusqu’au 19 février », a-t-il notamment illustré.

M.Andaloussi reconnaît toutefois que le variant Omicron joue également un rôle dans la baisse du nombre de voyageurs. « Il arrive parfois qu’il y ait plus de 20 passagers de moins que prévu sur un vol. Cela pourrait profiter aux voyageurs de dernière minute à condition qu’ils aient fait le test de dépistage négatif. Ils pourront voyager en s’inscrivant en liste d’attente », a-t-il conclu.

Lire également : Voyageurs algériens : des tests de dépistage gratuits ?

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici