Trafic aérien – La compagnie nationale, Air Algérie se trouve dans le viseur de l’Union Européenne (UE), qui a ouvert une enquête sur plusieurs compagnies qui refusent de rembourser leurs clients après l’annulation des vols due à la crise sanitaire de Covid-19.

Le trafic aérien est fortement perturbé dans la quasi totalité des pays du monde à cause de la pandémie de Covid-19. Plusieurs compagnies aériennes, dont Air Algérie, ont en effet annulé leurs vols du fait des restrictions sur les frontières adoptées pour lutter contre la crise sanitaire. Certaines de ces compagnies, dont la compagnie étatique algérienne, n’ont toutefois pas remboursé les billets de leurs clients qui n’ont pas pu voyager. Air Algérie est d’ailleurs considérée, avec Tunisair et Royal Air Maroc, comme l’une des compagnies qui remboursent le moins bien leurs clients.

La compagnie aérienne nationale a en effet recours à la pratique des avoirs, qui consiste à offrir au client une série de services dont le montant équivaut au prix de son billet. L’utilisation de ces avoirs est limitée à une certaine période de temps, et est dénoncée par plusieurs clients qui se retrouvent ainsi obligés de devoir profiter de services dont ils n’ont pas forcément besoin, à défaut d’obtenir un remboursement de leur billet.

Billets non remboursés : Air Algérie ciblée par une enquête de l’UE

Alors qu’elle est déjà montrée du doigt en France pour son refus de rembourser les clients dont les vols ont été annulés à cause de la crise sanitaire, Air Algérie est également visée par une enquête de l’Union Européenne (UE) pour les mêmes pratiques. La commission européenne a en effet annoncé son intention d’ouvrir « une enquête sur « les pratiques actuelles des compagnies aériennes en matière d’annulation » ». Si ladite instance ne cite pas nommément Air Algérie, cette dernière est, comme indiqué précédemment, très mal classée en matière de remboursements.

« Nous avons opté pour la revalidation gratuite ainsi que pour les avoirs. », a déclaré le porte-parole d’Air Algérie, Amine Andaloussi, dans un entretien accordé ce mercredi au site spécialisé Visa Algérie. La même source a expliqué le recours à ces options par la situation financière délicate de la compagnie nationale. « Franchement, la situation financière de la compagnie ne permet pas à l’heure actuelle de procéder au remboursement », a-t-il indiqué.

Notons que la compagnie nationale a du annuler au total 4300 vols à cause de la pandémie de Covid-19. Un chiffre qui représente plus d’un million de billets qu’Air Algérie devra rembourser au risque de se voir sanctionnée en Europe et notamment en France, qui est son principal marché sur le plan international.

Lire également : Billets non remboursés : un sénateur français menace Air Algérie