Actualité – L’historien Benjamin Stora devrait remettre son rapport sur le dossier de mémoire entre l’Algérie et la France mercredi 20 janvier. C’est en effet ce qu’a indiqué la présidence française dans un communiqué.

Advertisement

En effet, Benjamin Stora devrait remettre mercredi au président français, Emmanuel Macron, son rapport sur le dossier de mémoire commune entre l’Algérie et la France. Selon l’Élysée, l’historien français a formulé « plusieurs recommandations qui visent à parvenir à [une] nécessaire réconciliation des mémoires (entre l’Algérie et la France, ndlr) ». Rappelons que le président français, Emmanuel Macron, avait confié à Benjamin Stora en juillet 2020 la tâche de réaliser un rapport « juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie ».

Notons, par ailleurs, que le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait désigné le conseiller à la présidence chargé des archives, Abdelmadjid Chikhi, pour accomplir le travail de mémoire du côté algérien. M.Chikhi avait toutefois déclaré, en décembre dernier, qu’il n’avait pas pu rencontrer Benjamin Stora dans le cadre de ce travail. « Nous avons discuté seulement deux fois au téléphone », avait-il dit.

Rapport de Benjamin Stora sur la mémoire : un dossier encore sensible entre l’Algérie et la France

Notons, par ailleurs, que la question mémorielle fait toujours l’objet de tensions entre l’Algérie et la France. Abdelmadjid Chikhi avait d’ailleurs récemment accusé certaines parties en France d’être opposées à l’ouverture de ce dossier. « Ces gens-là pensent que nous avons volé l’Algérie aux français », avait-il déclaré. Les déclarations d’Emmanuel Macron sur la guerre d’Algérie, faites dans un entretien à Jeune Afrique, ont également suscité la colère de l’Organisation nationale des Moudjahidines (ONM). Le secrétaire général par intérim de cette organisation, Mohand Ouamar Benelhadj, avait ainsi accusé me chef de l’État français de vouloir « mettre la victime et le bourreau sur un même pied d’égalité ».

Lire également : Travail sur le dossier de mémoire Algérie-France : y a-t-il eu des avancées ?

Advertisement