Voyages et immigration – L’ex-international algérien, Hassan Yebda a suscité une vive polémique après avoir pu voyager vers l’Algérie en dépit de la fermeture des frontières du pays.

La fermeture des frontières algériennes dure depuis maintenant plus d’une année. De ce fait, tous les vols réguliers au départ et à destination du territoire national demeurent suspendus. En plus de cette mesure, les autorités algériennes ont également suspendu tous les vols de rapatriement d’Air Algérie depuis le 1er mars dernier. Alors que cette dernière mesure devait prendre fin le 31 mars, la compagnie nationale a annoncé qu’elle maintenait la suspension de ses vols au départ de l’étranger au moins jusqu’au 30 avril en cours.

La décision de suspendre les vols à destination du territoire national n’a d’ailleurs pas manqué de susciter la colère des membres de la diaspora algérienne, dont plusieurs se trouvent toujours bloqués à l’étranger. C’est notamment le cas de 27 ressortissants résidant en Grande-Bretagne, et qui se sont retrouvés bloqués à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle depuis la fin du mois de février dernier. Ceux-ci ont d’ailleurs porté plainte contre la compagnie aérienne nationale, Air Algérie et comptent désormais saisir le Conseil d’État français ainsi que la Cour européenne des droits de l’Homme.

Fermeture des frontières algériennes : l’ex-international Hassan Yebda suscite une vive polémique

En effet, l’ex-international algérien, Hassan Yebda suscite une vive polémique après avoir voyagé en Algérie en dépit de la décision de fermeture des frontières. L’ancien milieu de terrain de l’équipe nationale avait lancé un appel aux autorités du pays il y a quelques jours, afin de lui permettre de voyager depuis la France pour les obsèques de son père décédé dans ce pays. « On est dans une situation très compliquée » avait déclaré Hassan Yebda.

Les autorités algériennes ont d’ailleurs accédé à la demande de l’ex-international. Selon la secrétaire d’État auprès du ministère de la jeunesse et des sports, Salima Souakri, Hassan Yebda et plusieurs membres de sa famille ont ainsi pu obtenir une autorisation pour se rendre en Algérie. Cette annonce n’a toutefois pas manqué de susciter la colère parmi les membres de la diaspora algérienne, d’autant plus que l’ambassade d’Algérie en France avait annoncé, il y a quelques jours, qu’elle avait suspendu l’octroi de ces autorisations jusqu’à nouvel ordre. « L’ancien footballeur international Hassan Yebda et huit membres de sa famille ont obtenu des autorisations pour rapatrier le corps de leur défunt père en Algérie. Ne nous a-t-on pas dit qu’ils avaient suspendu l’octroi de ces autorisations ? », s’interroge ainsi un internaute sur le réseau social Facebook.

« Ce soir on autorise le rapatriement d’un proche de Hassan Yebda avec huit membres de sa famille, chaque citoyen algérien doit donc être autorisé », estime un autre. Notons d’ailleurs que ce n’est pas la première fois qu’une polémique de ce type éclate parmi les membres de la diaspora algérienne. Il y a quelques jours, le voyage des deux internationaux algériens Riyad Mahrez et Saïd Benrahma en Algérie, pour participer au match de l’équipe nationale contre le Botswana, avait également suscité des réactions similaires. « Mahrez a été autorisé à entrer en Algérie tandis que 27 citoyens ont été bloqués à l’aéroport en France », avait notamment commenté un internaute concernant cette affaire.

Lire également : Vols suspendus en Algérie : les précisions du consulat de France à Alger