Diaspora algérienne – L’ambassade d’Algérie en France se trouve au cœur d’une vive polémique concernant l’acheminement des dons de la diaspora dans le cadre de la lutte contre la nouvelle vague de Covid-19 en Algérie.

Advertisement

L’Algérie fait face à une nouvelle vague de covid-19 depuis le mois de juillet dernier. Les hôpitaux du pays sont actuellement sous pression et le nombre de contaminations quotidiennes a dépassé la barre des 1000 depuis déjà plusieurs semaines. ce dimanche, le ministère de la santé a fait état de l’enregistrement de 1020 nouvelles contaminations et de 30 nouveaux décès en l’espace de 24 heures. Face à cette situation, le gouvernement a renforcé les mesures de luttes conte la maladie avec notamment la fermeture des plages et le prolongement du confinement partiel à domicile dans les régions les plus touchées.

De son côté, la communauté nationale à l’étranger s’est mobilisée pour apporter son aide dans la lutte contre la pandémie qui sévit dans le pays, d’autant plus que les hôpitaux doivent également faire face à une crise d’oxygène. De nombreuses associations de la diaspora algérienne, de même que des particuliers se sont ainsi mobilisés pour fournir médicaments et équipement aux différents hôpitaux du pays.

Aides de la diaspora : l’ambassade d’Algérie en France fait polémique

Dans ce contexte, l’ambassade d’Algérie en France vient de se retrouver au cœur d’une vive polémique concernant la distribution des dons de la diaspora. De nombreux membres de la communauté nationale dans l’Hexagone ont en effet exprimé leur colère suite à un communiqué de ladite représentation diplomatique, qui indiquait hier samedi que « les initiateurs d’opération de collecte et d’acheminement de dons sont tenus de prendre attache avec les Représentations consulaires territorialement compétentes à l’effet de solliciter la délivrance de l’Autorisation d’acheminement de dons ». « Le ministère de la Santé (Pharmacie Centrale) est le seul et unique destinataire des dons recueillis. Il se charge de la répartition du matériel médical, des consommables et produits pharmaceutiques collectés selon son évaluation des besoins au niveau national », ajoutait ledit communiqué. Plusieurs voix sont même allées jusqu’à accuser l’ambassade algérienne en France de vouloir « minimiser et récupérer » les efforts déployés par la communauté nationale pour venir en aide aux hôpitaux du pays. Des associations ont également pointé du doigt « l’absence » de la représentation diplomatique dans l’organisation des opérations de solidarité.

Face à cette polémique, l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud a expliqué ce dimanche que le dernier communiqué de son institution avait pour objectif de simplement organiser la distribution des aides collectées par la diaspora algérienne. « s’il y a des gens qui ont les moyens d’acheter des concentrateurs, de les transporter eux même, et de les distribuer dans leurs villages ou dans leurs communes, qu’ils le fassent. L’État ne les en empêche pas », a-t-il indiqué dans une déclaration au média arabophone Shihab Press. « Il y a certaines rumeurs qui disent que des associations n’ont pas trouvé de soutien au niveau de l’ambassade pour l’envoi de dons et de concentrateurs d’oxygène vers l’Algérie. L’ambassade dispose d’une adresse mail, d’un numéro de téléphone, et des employés dont le rôle est de recevoir les citoyens algériens, et de les aider dans leurs démarches pour envoyer des dons », a également dit le même diplomate.

« Personnellement, je représente toute l’Algérie, du nord au sud, et de l’est à l’ouest. Je ne travaille pas pour une région précise. Les dons doivent être envoyés au ministre de la Santé. C’est à lui de diriger les opérations. », a-t-il toutefois insisté.

Lire également : Voyages pour les algériens : l’Allemagne durcit ses conditions

Advertisement