Faits divers – En l’espace de deux jours, un jeune algérien âgé de 18 ans a commis plusieurs délits en France. Ce qui lui a valu une condamnation à une peine de quatre mois de prison.

Advertisement

Ceci s’est passé au début de ce mois d’octobre dans la ville de Clermont-Ferrand, située dans le département du Puy-de-Dôme dans la région de l’Auvergne en France. Le jeune algérien est âgé de 18 ans. Il est originaire de la wilaya d’Annaba à l’est de l’Algérie. D’après le quotidien régional français La Montagne, il aurait commis plusieurs délits au centre-ville de Clermont Ferrand en l’espace de deux jours seulement.

Tout d’abord, le jeune algérien avait été aperçu en train de bousculer violemment une jeune femme qui serait sa petite amie. Cette dernière avait quelques blessures à la tête et les policiers ont déduit qu’il en était l’auteur. Cependant, le coupable affirme le contraire en disant qu’il ne faisait que tenir la jeune femme et que les blessures étaient le résultat du heurt d’une vitrine. Les policiers ont été peu convaincus par les justifications avancées par le jeune en question.

Ensuite, une photo de lui, en possession des enquêteurs le montre en train d’effectuer un vol à roulotte dans la même ville citée précédemment. Le jeune algérien aurait également volé un ordinateur portable. Toutefois, l’individu nie totalement ces faits reprochés par la justice française et demande clémence . Un pardon qui ne serait visiblement pas facile à accorder au vu des effractions commises.

En effet et pour couronner le tout, le jeune algérien condamné serait arrivé récemment en France de façon clandestine. Il a également menti sur son âge réel pour tenter d’échapper à toute sanction en avançant qu’il était mineur et né en 2005. Or, un examen osseux prouve bel et bien qu’il est parfaitement majeur et qu’il est plutôt âgé de 18 ans.

Ainsi, suite à ces infractions, le juge d’instruction a d’abord prononcé une peine de huit mois de prison ferme. Ladite peine a été réduite à quatre mois de prison, suite à l’appel de son avocate. L’accès au département de Puy-de-Dôme est également interdit à l’Algérien et ce, pendant une durée de cinq ans.

Lire également : France-Algérie : le traitement honteux réservé aux voyageurs algériens

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici