Voyages et immigration – Plusieurs Algériens se sont retrouvés bloqués en Tunisie depuis des mois à cause de la fermeture de toutes les frontières terrestres de l’Algérie.

Advertisement

L’ouverture des frontières algériennes annoncée au mois de juin dernier par le gouvernement ne concerne jusqu’à présent que l’espace aérien. Des vols sont possibles entre l’Algérie et sept autres pays qui sont, pour rappel : la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Tunisie, la Turquie et la Russie.

Le nombre des vols internationaux a fortement augmenté depuis le 28 août dernier. Un total de 64 vols sont effectués chaque semaine envers les pays concernés par l’ouverture des frontières aériennes, contre seulement une quinzaine auparavant. La moitié des rotations sont effectuées par la compagnie nationale de transport aérien Air Algérie.

Le programme fixé pour les vols entre l’Algérie et la Tunisie englobe deux liaisons hebdomadaires assurées par Air Algérie et Tunisair. Quant aux frontières terrestres, elles sont toujours fermées à cause de la situation épidémiologique dans les deux pays voisins. De ce fait, plusieurs Algériens se sont retrouvés bloqués en Tunisie depuis maintenant plusieurs mois.

« Nous sommes environ 120 personnes bloquées en Tunisie à cause de nos voitures. Nous sommes entrés avant la fermeture des frontières. Parmi nous, il y a des étudiants, d’autres sont venus pour se soigner » ont affirmé aujourd’hui quelques Algériens coincés en Tunisie dans des déclarations rapportées par le média spécialisé Visa Algérie. En effet, les véhicules des citoyens se trouvent au niveau des douanes tunisiennes.

Pour pouvoir récupérer leurs voitures, les citoyens algériens doivent se plier au paiement d’une pénalité aux douanes tunisiennes. Celle-ci comprend 100 dinars tunisiens par mois depuis le mois de mars 2020, ainsi qu’un huitième du prix de chaque véhicule. D’un autre côté, rentrer par avion est une option écartée. « Il faut savoir que nous ne pouvons pas rentrer en Algérie par avion, car nos véhicules sont inscrits sur nos passeports » explique l’un des citoyens.

Pour le moment, aucune décision n’est soulevée face à la situation malgré l’appel des citoyens mais pas seulement. Le sénateur Abdelouahab Benzaïm s’est exprimé la semaine dernière sur la question. « Les taux de vaccination en Algérie comme en Tunisie sont acceptables et en constante augmentation. Je pense que l’heure est venue pour ouvrir les frontières terrestres et les points de passage avec la Tunisie » a-t-il publié sur sa page Facebook. Le consulat et l’ambassade d’Algérie demandent la patience de ces Algériens bloqués en Tunisie.

Lire également : Ouverture des frontières algéro-tunisiennes : ce que propose Benzaïm

Advertisement