Voyages et immigration – La compagnie aérienne nationale, Air Algérie est au cœur d’une nouvelle polémique, au sujet de la gestion de ses affaires courantes. C’est en effet ce que révèle le média arabophone Elkhabar hier dimanche.

Advertisement

Ainsi, l’ancien PDG de la compagnie aérienne Air Algérie, à savoir Bakhouche Allache, a comparu, au cours de la journée d’hier 27 juin devant un juge d’instruction du pôle pénal spécialisé dans la lutte contre la corruption au sein du tribunal de Sidi M’hamed (Alger). Il serait notamment poursuivi pour une affaire d’importation d’ustensils, qui avait conduit, en janvier dernier, à son limogeage ainsi que de celui de Lazhar Hani, ancien ministre des transports. Notons qu’aucune information n’a filtré au sujet de la décision prise par le juge à l’issue de l’audience.

Lire aussi : Aéroport d’Alger : Air Algérie au cœur d’un nouveau scandale

Polémique chez Air Algérie : ce qu’avait dit Tebboune à ce sujet

Pour rappel, cette affaire qui avait fait réagir le président Abdelmadjid Tebboune, a fait couler beaucoup d’encre. Le Chef du gouvernement avait affirmé qu’il a lui même demandé aux services du Premier ministre Abdelaziz Djerad de mettre fin aux fonctions de toutes les personnes impliquées dans cette affaire. Le directeur de la filiale catering de la compagnie nationale s’était également vu licencié à la suite de la vive polémique autour d’Air Algérie, au début de l’année en cours.

« Certaines personnes n’ont pas compris que le moment est arrivé où on n’importe que ce dont on a réellement besoin. Sur cette base, j’ai personnellement demandé au Premier ministre de mettre fin aux fonctions du PDG d’Air Algérie (…) parce que malgré le contexte (économique) il lance un appel d’offres international pour acheter des fourchettes et des cuillères, etc. Où est la production nationale ? », avait déclaré le président algérien, lors d’une entrevue télévisée.

Par ailleurs, La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a été récemment éclaboussée par un autre scandale de vols de bagages à l’aéroport d’Alger. Le procureur de la République près le tribunal de Dar El Beida avait même requis une peine de 3 ans de prison et 200.000 dinars d’amende à l’encontre du principal mis en cause, ainsi qu’une peine de 6 mois de prison à l’encontre de son complice avec confiscation des objets saisis, à savoir deux téléphones portables.

Lire également :

Poursuite des vols en juillet : les précisions de l’ambassade d’Algérie en Italie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici