ActualitéAbdelmadjid Tebboune, président algérien, s’est exprimé pour la première fois, hier 1 mars, lors de son entrevue périodique avec la presse qui a été diffusée en direct par la Télévision publique, au sujet du limogeage de Bekhouche Alleche, PDG de la compagnie Air Algérie.

Advertisement

En effet, c’est la première réaction officielle suivant l’éviction du premier responsable d’Air Algérie, en date du 11 janvier 2021, qui avait suscité moult interrogations et laissé place à de folles rumeurs. Il est à rappeler qu’il avait été remplacé par Amine Mesroua, qui occupe le poste de PDG par intérim depuis la même date. Ce dernier n’a pas encore été confirmé dans son poste.

« Certaines personnes n’ont pas encore compris qu’il est temps de n’importer que ce dont on a réellement besoin. Sur cette base, j’ai personnellement demandé au Premier ministre de mettre fin aux fonctions du PDG d’Air Algérie, du Secrétaire général ainsi que du responsable des finances. Bien que le contexte économique soit compliqué, il a lancé un appel d’offres international pour acheter des fourchettes et des cuillères. Où est la production nationale ? », s’est indigné le Chef de l’Etat algérien.

Pour rappel, Abdelmadjid Tebboune avait également procédé à l’éviction de Lazhar Hani, ministre des transports ainsi que le responsable de la filiale catering de la compagnie nationale Air Algérie. Ce sont les services du premier ministre Abdelaziz Djerad qui avaient annoncé la nouvelle par le biais d’un communiqué, dans lequel était bien précisée la cause.

« Le président a pris ces décisions suite à une opération d’importation qui n’avait pas pris en compte la situation financière difficile du pays et de la compagnie nationale », lit-on notamment dans le communiqué en question.

Lire aussi : Qui est Amine Mesroua le nouveau Président directeur général par intérim de la compagnie aérienne nationale algérienne Air Algérie ?

Vols de rapatriement d’Air Algérie en Mars : ce qu’il faut savoir

Les autorités algériennes ont décidé de mettre un terme à la série des vols de rapatriement opérés par le transporteur aérien algérien, pour des considérations sanitaires. Ainsi, aucun vol n’est prévu au titre de ce mois de mars par Air Algérie. Par ailleurs, les vols spéciaux au départ de l’Algérie à destination de la France sont maintenus. De ce fait, seules les compagnies françaises à savoir ASL Airlines, Transavia et Air France sont autorisées à décoller depuis le tarmac de l’aéroport international d’Alger.

Ouverture des frontières et reprise des vols : ce qu’a décidé Tebboune

Le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé dimanche 28 février, concernant l’ouverture des frontières algériennes et la reprise des vols internationaux. Notons que, c’est la première fois, depuis des mois, que le président algérien prend la parole sur ce sujet si sensible.

Il a ordonné de maintenir les frontières maritimes et aériennes fermées. « Le Président de la République a ordonné le maintien des mesures préventives prises, en particulier la fermeture des frontières et de l’espace aérien au vu de la conjoncture sanitaire mondiale marquée par la propagation de variants du nouveau Coronavirus. », peut-on lire dans un communiqué rendu public en marge de la réunion du conseil des ministres, par l’agence de presse officielle APS.

Lire également :

Limogeage du ministre des transports et du PDG d’Air Algérie : de nouveaux détails dévoilés 

 

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici