Algérie – L’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, a réagi à la récente polémique autour des propos du président français Emmanuel Macron.

En effet, l’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette s’est exprimé sur les récentes déclarations d’Emmanuel Macron, dans lesquelles il avait notamment parlé de la mémoire commune entre les deux pays. Dans un entretien à Radio M, le diplomate a ainsi affirmé que les propos du président français avaient été « mal compris ». « Je considère qu’il a été mal compris », a ainsi dit M.Gouyette.

Revenant sur le mouvement de contestation populaire que connaît l’Algérie depuis février 2019, François Gouyette a indiqué que le président français « en a parlé dans des termes tout à fait positifs ». Le diplomate a également rejeté les accusations d’ingérence à l’encontre d’Emmanuel Macron. « Il a une grande considération pour le peuple algérien. Et aussi la manière avec laquelle il s’est exprimé », a ajouté le représentant de la France en Algérie.

Concernant le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune, François Gouyette partage également la vision de Macron qui a parlé du « courage » de son homologue algérien. « Après son élection, le président Tebboune a exprimé son souhait d’ouvrir un ensemble de chantiers. Et de réformes qui permettent de répondre à ces aspirations (du Hirak, ndlr)», a dit l’ambassadeur de France, qui estime qu’il « fallait un certain courage pour prendre les rênes du pays ».

Vive polémique en Algérie suite aux déclarations de Macron

Par ailleurs, rappelons qu’une vive polémique a éclaté en Algérie suite aux récentes déclarations du président français. Plusieurs personnalités ont ainsi réagi à ce qu’elles ont qualifié d’« ingérence » de la part d’Emmanuel Macron. L’avocate Zoubida Assoul, présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UCP), a déclaré que les propos d’Emmanuel Macron « portent atteinte à notre souveraineté ».

Karim Tabbou, porte-parole du parti non-agréé de l’Union démocratique et sociale (UDS), a pour sa part estimé que « la France officielle est une France raciste ». Le président du RCD, Mohcine Belabbès a également réagi dans le même sens. Le successeur de Saïd Sadi à la tête de ce parti a en effet qualifié les propos d’Emmanuel Macron d’« ingérence » dans les affaires de l’Algérie.

L’Organisation nationale des Moudjahidines (ONM) n’est également pas restée silencieuse. Le Secrétaire général par intérim de cette organisation, Mohand Ouamar Benelhadj, a ainsi qualifié les propos de Macron sur le dossier mémoriel de « mensonge ». « C’est un mensonge. Nous ne pouvons pas réconcilier les deux mémoires », a-t-il déclaré.

Lire également : Propos de Macron sur l’Algérie : l’ONM réagit