Immigration – La compagnie aérienne nationale, Air Algérie a programmé de nouveaux vols de rapatriement pour les algériens bloqués en France. Le programme publié par Air Algérie doit s’achever, pour rappel, demain 16 décembre.

Advertisement

Toutefois, et à en croire la société des aéroports de Pais (ADP), Air Algérie entreprendra de nouveaux vols au delà de cette date, pour le rapatriement des algériens bloqués en France. Le site des aéroports de Paris affiche en effet deux vols Paris-Alger pour demain 16 décembre, alors qu’initialement, Air Algérie n’en avait programmé qu’un seul.

Ainsi, le deuxième vol de la journée de demain devrait décoller de l’aéroport d’Orly à 15h55, toujours selon ce qu’indique le site web des aéroports de Paris. Par ailleurs, le même site internet affiche deux vols supplémentaires pour la journée du 17 décembre. Ceux-ci devraient décoller respectivement à 13h00 et 15h55 depuis le même aéroport d’Orly. Toutefois, Air Algérie n’a pour le moment rien communiqué concernant ces liaisons supplémentaires.

Rapatriement des algériens de France : une opération sévèrement critiquée

Par ailleurs, rappelons que les opérations de rapatriement d’Air Algérie font toujours l’objet de sévères critiques. Parmi les mesures qui ont fait particulièrement polémique, figure l’obligation de fournir une autorisation spéciale d’entrée en Algérie pour pouvoir embarquer à bord de ces vols. Plusieurs députés de l’immigration, dont Samir Chaabna et Amira Slim, sont notamment montés au créneau pour demander la suppression de cette mesure.

La courte durée allouée pour cette opération ne fait également pas l’unanimité. En effet, rappelons que le programme de rapatriement d’Air Algérie s’est étalé sur moins de deux semaines. Plusieurs voix se sont d’ailleurs élevées pour réclamer la poursuite des vols de rapatriement au delà du 16 décembre, en vue du nombre considérable d’algériens encore bloqués à l’étranger.

En outre, rappelons que la question de l’ouverture des frontières de l’Algérie reste toujours d’actualité. Hier lundi, le ministre des transports, Lazhar Hani, était revenu sur ce sujet. Le même responsable avait ainsi annoncé que cette décision ne dépendait pas de son département, mais relevait des hautes autorités du pays, à savoir le premier ministre et le président de la République.

Lire également : Vols de rapatriement : voici le programme complet d’Air Algérie

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici