ActualitéMarine Le Pen, présidente du Rassemblement national, parti d’extrême droite est montée au créneau, aujourd’hui 3 mars, en critiquant la reconnaissance du président français Emmanuel Macron de l’assassinat d’Ali Boumendjel par la France.

« Alors que le communautarisme et l’islamisme progressent et se nourrissent de nos faiblesses, Macron continue d’envoyer des signaux désastreux de repentance, de division et de haine de soi… Il faut vite renouer, au sommet de l’Etat, avec la fierté d’être français ! minimalisme ». C’est ce qu’a notamment écrit la très controversée femme politique française sur son compte Twitter.

 

Ainsi, la reconnaissance de l’Elysée de la responsabilité de la France dans la mort de l’avocat et militant indépendantiste Ali Boumendjel, pendant la guerre d’Algérie ne semble pas du tout être du goût de Marine Le Pen. Il est à signaler que, son tweet a suscité une vague d’indignation en Hexagone et en Algérie.

Lire aussi : le procès de l’assassinat du français Hervé Gourdel à Tikdja bientôt rouvert 

Marine Le Pen critique un geste symbolique envers Boumendjel

Pour rappel, l’Elysée a publié, en soirée d’hier 2 mars, un communiqué dans lequel elle a précisé que le président français a reçu quatre petits-enfants d’Ali Boumendjel pour « leur dire, au nom de la France, ce que Malika Boumendjel aurait voulu entendre : Ali Boumendjel ne s’est pas suicidé. Il a été torturé puis assassiné.» Ce geste symbolique permettra surtout de « regarder l’Histoire en face, reconnaître la vérité des faits, ne permettra pas de refermer des plaies toujours ouvertes, mais aidera à frayer le chemin de l’avenir ». C’est ce qu’a écrit le palais gouvernemental français à ce sujet.

Par ailleurs, il y a lieu de mentionner que l’historien français Benjamin Stora avait préconisé dans son rapport remis à Emmanuel Macron, en date du 20 janvier 2021, de reconnaitre l’assassinat de Boumendjel par la France. Et ce dans le but d’aller dans le sens d’une réconciliation des mémoires entre les deux pays.

Lire également :

Vols de rapatriement effectués par la compagnie nationale Air Algérie : la diaspora algérienne monte au créneau