Voyages et immigrationAir Algérie et Algérie Ferries sont de nouveau au centre de la polémique en ce qui concerne le remboursement de leurs billets annulés suite à la fermeture des frontières et à la suspension des voyages en mars 2020.

Advertisement

Les autorités algériennes ont mis en place des mesures sanitaires strictes dès l’apparition des premiers cas de contamination au Coronavirus dans le pays en mars 2020. Le gouvernement avait ainsi procédé à la fermeture des frontières et à la suspension de toutes les liaisons aériennes et maritimes jusqu’à nouvel ordre. Des milliers de personnes ont ainsi vu leurs voyages annulés alors qu’elles avaient déjà réservé leurs places avec les compagnies aérienne et maritime nationales.

Au début du mois de juin dernier, les autorités ont autorisé une reprise partielle des voyages à destination du pays, avec un programme de vols fortement réduit qui ne concerne pour le moment que les aéroports d’Alger, Oran et Constantine. Air Algérie a ainsi pu reprendre ses activités depuis cette date, mais Algérie Ferries garde toujours ses navires ancrés du fait du maintien de la fermeture des frontières maritimes.

Remboursement des billets : nouvelle polémique en Algérie

Air Algérie et Algérie Ferries sont d’ailleurs à nouveau au centre de la polémique concernant le remboursement de leurs billets. Ce samedi 24 juillet, un député est en effet allé jusqu’à accusé les deux compagnies publiques algériennes de « racket » face au non-remboursement de leurs clients plus d’une année après l’annulation de leurs voyages. « Des milliers d’Algériens attendent de récupérer des sommes importantes des billets qu’ils ont achetés à coup de millions en 2019. Air Algérie et Algérie Ferries sont invitées à rembourser les détenteurs de ces billets », a en effet écrit le député Abdelouahab Yagoubi dans un message publié sur sa page Facebook officielle aujourd’hui.  « Elles doivent immédiatement cesser cette méthode de racket et de rétention de ce qui ne leur revient pas de droit », a-t-il également dit. 

De leur côté, les deux compagnies publiques algériennes ne remboursent toujours pas leurs clients, notamment à cause de leur situation financière difficile après un arrêt d’activité qui a duré plus d’une année. Air Algérie a d’ailleurs été pointée du doigt plusieurs fois à ce sujet en Europe, et notamment en France. La compagnie aérienne nationale fait partie, avec Tunisair et Royal Air Maroc de celles chez qui la procédure de remboursement est la plus difficile. « Hélas, selon nos dernières observations, Air Algérie ne rembourse toujours pas les billets aux agences de voyages, sauf en cas de menace de poursuite judiciaire motivée par une lettre d’avocat. C’est fort regrettable, car Air Algérie est, historiquement, une compagnie aérienne favorable aux agences de voyages », avait d’ailleurs dénoncé Fabrice Dariot, président du service en ligne Bourse des vols en juin dernier.

De son côté, Air Algérie garde pour le moment le silence au sujet des billets qui ont été annulés du fait de la crise sanitaire. « En ce qui concerne le remboursement, on y travaille quotidiennement. Nous avons opté pour la revalidation gratuite ainsi que pour les avoirs. Franchement, la situation financière de la compagnie ne permet pas à l’heure actuelle de procéder au remboursement », avait expliqué le porte-parole d’Air Algérie, Amine Andaloussi dans un entretien accordé au média spécialisé Visa Algérie en mars dernier.

Lire également : Voyages : l’Algérie de nouveau sur la liste rouge de l’UE ?

Advertisement