Voyages et immigration – La diaspora est de nouveau montée au créneau, hier lundi et a exprimé sa colère face au flou qui règne quant à la décision de réouverture des frontières algériennes, qui devrait entrer en vigueur le 1er juin prochain.

Les autorités algériennes avaient en effet annoncé, dimanche 16 Mai, qu’il y aurait une réouverture partielle des frontières du pays à partir du 1er juin prochain. La présidence de la République, qui a annoncé la nouvelle a expliqué que cette décision entrerait en vigueur avec l’organisation, dans un premier temps, de cinq vols quotidiens à destination des aéroports d’Alger, de Constantine et d’Oran. Les autorités comptent également mettre en place des mesures sanitaires strictes au niveau des aéroports. La présidence de la République n’a toutefois pas donné davantage de détails à ce sujet, se contentant de préciser que les modalités d’application de cette décision, ainsi que le programme de vols à destination de l’Algérie devraient être rendus publiques d’ici la semaine prochaine au plus tard.

Cette situation a ainsi créé un terrain propice à la propagation des rumeurs et des fausses informations, notamment en ce qui concerne le programme des vols et les compagnies qui seront autorisées à les effectuer. Le gouvernement n’a en outre pas communiqué au sujet des catégories de personnes qui seraient autorisées à voyager. Le Pr Riyad Mahyaoui, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie de Coronavirus, a toutefois indiqué dimanche soir que les ressortissants qui doivent rentrer pour des raisons spécifiques seraient prioritaires. Selon les déclarations du même spécialiste, cette ouverture partielle des frontières concernera ainsi « des personnes qui doivent être rapatriées, de celles qui ont besoin de voyager pour un problème de santé ou pour un problème inhérent à un poste de travail ».

Réouverture des frontières algériennes : ce que réclame la diaspora

Dans ce contexte, la diaspora est de nouveau montée au créneau pour exiger plus d’éclaircissements concernant la décision de réouverture des frontières algériennes. « Les représentants de la communauté algérienne à l’étranger ont suivi avec grande attention les décisions du Conseil des ministres du dimanche 16 Mai 2021 concernant la réouverture des frontières », lit-on dans un communiqué signé par un collectif de 23 associations de la diaspora algérienne. Ledit collectif a notamment estimé que l’annonce de la Présidence de la République « manque de clarté, ce qui a créé une grande confusion au sein de la communauté algérienne et soulevé des interrogation concernant les détails relatifs à (…) l’opération d’ouverture des frontières et de reprise des vols ».

Ainsi, le collectif précédemment cité a appelé les autorités algériennes à apporter davantage de détails concernant le terme d’« ouverture partielle », ainsi qu’à supprimer l’autorisation d’entrée sur le territoire national aux algériens qui souhaitent rentrer au pays. Par ailleurs, la même organisation a également mis le point sur la nécessité d’informer la diaspora concernant le programme détaillé des vols et d’ouvrir les frontières maritimes afin de diminuer la pression, qui sera importante, sur les aéroports. Enfin, le même collectif a également appelé les autorités à plafonner les prix des billets d’Air Algérie « suite à une hausse importante après l’annonce de la décision de réouverture des frontières ».

Lire également : Reprise des vols à destination de l’Algérie : ce que proposent les membres de la diaspora