Voyages et immigration – Les membres de la diaspora sont de nouveau montés au créneau face à l’indisponibilité des vols pour l’Algérie, malgré la réouverture partielle des frontières algériennes depuis le début du mois en cours.

Ainsi, pour la deuxième semaine consécutive, plusieurs rassemblements ont été organisés par les membres de la communauté algérienne devant plusieurs représentations diplomatiques en France, pour contester l’absence des vols vers l’Algérie. D’autant que, tous les billets mis en vente par Air Algérie dans le cadre de la reprise de ses vols semblent être en rupture de stock.

Dans des déclarations accordées à la chaîne I de la radio nationale jeudi 3 juin, le porte parole de la compagnie aérienne nationale, Amine Andaloussi avait déjà indiqué que 90% des billets du transporteur aérien algérien avaient déjà été vendus. Ce qui confirme ainsi cette information dont ont fait part plusieurs sources concordantes.

Pour rappel, le site web spécialisé Visa Algérie a également indiqué, pendant la journée d’hier, que la totalité des 6420 billets mis en vente depuis les pays concernés dans le cadre de la reprise des vols avaient été écoulés. Notons que, pour le moment, la compagnie nationale n’a ni infirmé ni confirmé cette thèse. Ce qui met ainsi les ressortissants algériens établis en France dans une position plus qu’embarrassante.

Lire aussi : Pas de poursuite des vols en Juillet : qu’en est-il ?

Vols pour l’Algérie : y en aura-t-il en juillet ?

Par ailleurs, il est à signaler que les vols à destination de l’Algérie pourraient bien être de nouveau suspendus dès le mois de juillet prochain, et ce suite à la récente dégradation de la situation sanitaire en sol algérien. En effet, les chiffres quotidiens des nouveaux cas positifs à la Covid-19 a dépassé les 300, allant jusqu’à frôler la barre des 400 cas alors qu’ils étaient à une moyenne de 200 cas quotidiens depuis plusieurs semaines.

Si par malheur, cette situation perdure, les autorités algériennes pourraient mettre en place de nouvelles restrictions et donc fermer encore une fois les frontières. Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune avait mémé affirmé il y a quelques jours que le recours à une telle mesure n’était pas à écarter. « Le virus est là, et à tout moment, les chiffres peuvent remonter. Si cela arrive, les algériens nous en voudront d’avoir commencé à rouvrir les frontières. Et si la situation se dégrade, nous refermerons », avait-il menacé.

Lire également :

Reprise des vols : les billets d’Air Algérie en rupture de stock