Voyages et immigration – Le député de l’immigration Tawfik Khedim a saisi le ministre des transports, Aïssa Bekkaï concernant principalement la reprise totale des vols vers l’Algérie.

Advertisement

La question de la réouverture des frontières algériennes fait de nouveau polémique depuis l’augmentation du nombre de vols vers le pays en date du 28 août dernier. Il y a en effet un total de 64 vols hebdomadaires à destination des aéroports d’Oran, Alger et Constantine contre une quinzaine seulement auparavant. Toutefois, cette décision présente toujours plusieurs inconvénients, et la diaspora ne cesse de maintenir la pression pour une réouverture totale des frontières.

Ainsi, le nombre de vols actuels n’est toujours pas suffisant pour couvrir la très forte demande des algériens de l’étranger, notamment en France où est établie la plus importante communauté de ressortissants nationaux expatriés. Le programme ne concerne également que des pays bien définis, excluant ainsi les ressortissants algériens établis notamment au Canada, en Grande Bretagne ou encore aux Émirats Arabes Unis. Enfin, les prix exorbitants sont également pointés du doigt, puisque la communauté nationale à l’étranger s’attendait à une baisse des tarifs qui n’a finalement pas eu lieu.

Reprise totale des vols en Algérie : un député interpelle le gouvernement

Dans ce contexte, le député de l’immigration Tawfik Khedim a interpellé le ministre des transports, Aïssa Bekkaï au sujet de la reprise totale des vols vers l’Algérie, mais également sur la reprise des traversées maritimes et le remboursement des billets des voyageurs algériens. « Après plusieurs rencontres et correspondances sur le dossier du transport en faveur de la diaspora algérienne, cette dernière ne cesse malheureusement de souffrir (…) en raison notamment du nombre très réduit de vols, qui ont lieu avec des destinations restreintes et à des prix inimaginables », a-t-il exposé dans une question écrite adressée au ministre mentionné précédemment. « Pourquoi il n’y a jusqu’ici aucune reprise des vols entre l’Algérie et les divers pays du monde, notamment ceux où réside une importante communauté algérienne ? », lit-on également dans le document publié par ledit député sur sa page Facebook officielle.

« Pourquoi il n’y a pas de reprise des traversées maritimes ? », interroge également Tawfik Khedim. Celui-ci rappelle d’ailleurs qu’Algérie Ferries a récemment acquis un nouveau navire de luxe, à savoir le Badji Mokhtar III. « Ce navire n’est pas entré en service, alors que notre diaspora en a plus que jamais besoin, et qu’il pourrait engranger des sommes importantes pour le trésor public en monnaie nationale et étrangère », dit il également.

Concernant la question des prix des billets, le même député estime qu’« il n’est pas logique que le prix d’un billet pour un vol qui dure moins de deux heures dépasse les 1000 euros ». « Quelles sont les mesures prises par les services de votre ministère pour remédier à cette situation », écrit également le représentant de la communauté nationale dans le Sud de la France.

Lire également : Vols de Transavia vers l’Algérie : les prix en octobre choquent

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici