Voyages et immigration – Une nouvelle révélation vient de susciter la colère au sujet de la restriction des visas en France pour les ressortissants de certains pays, dont les algériens.

Advertisement

La France avait annoncé, il y a quelques semaines une réduction drastique du nombre de visas accordés aux ressortissants de certains pays, dont l’Algérie. Cette décision, qui concerne les trois principaux pays du Maghreb, a été prise afin de pousser lesdits pays à davantage de coopération dans la lutte contre l’immigration clandestine de leurs ressortissants.

« C’est une décision drastique, c’est une décision inédite, mais c’est une décision rendue nécessaire par le fait que ces pays n’acceptent pas de reprendre des ressortissants que nous ne souhaitons pas et ne pouvons pas garder en France », avait déclaré Gabriel Atal, porte-parole du gouvernement français à la fin du mois de septembre dernier.

De son côté, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin a conditionné la levée de ces restriction à la délivrance de plus de laissez-passer consulaires de la part des pays concernés. Ces documents sont indispensable pour le renvoi des ressortissants desdits pays qui se trouvent en situation irrégulière sur le territoire français.

Visas France pour les algériens : une nouvelle révélation suscite la colère

Par ailleurs, une nouvelle révélation suscite la colère au sujet des restrictions sur les visas en France pour les ressortissants de certains pays, dont les algériens. L’association Aider son prochain, qui œuvre pour la prise en charges des enfants malades en provenance de pays étrangers, a en effet déploré que cette catégorie n’ait obtenue qu’une dizaine de visas depuis le début de la crise sanitaire.

Ladite association, installée à Lyon, a ainsi révélé que seuls 7 enfants qu’elle avait pris en charge ont obtenu des visas pour des soins médicaux en France au cours de l’année 2020. Sur ces sept enfants figurent notamment deux algériens, a précisé la même association. « Certains devis sont payés mais nous ne pouvons pas faire venir l’enfant pour qu’il bénéficie des soins », a notamment dénoncé Sonia Lassoued, responsable de l’association Aider son prochain.

De son côté, le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal est revenu une nouvelle fois sur la décision de son pays concernant la délivrance des visas aux ressortissants du Maghreb. « Il s’agit d’une mesure forte, que nous assumons. Les discussions se poursuivent », a-t-il déclaré hier 3 novembre.

Lire également : Ouverture totale des frontières en Algérie : le ministre des affaires étrangères s’exprime

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici