Voyages et immigration – La compagnie nationale Air Algérie, qui a suspendu ses vols spéciaux depuis le 28 février dernier, vient d’être attaquée en justice en France. L’action en question a été entreprise par un groupe de ressortissants algériens résidant en Grande-Bretagne, et qui sont bloqués à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle depuis 3 semaines.

Air Algérie avait lancé une vaste opération de rapatriement à la fin du mois de décembre 2020, qu’elle a toutefois dû interrompre le 28 février dernier en raison de la décision des autorités algériennes de suspendre tous les vols entrants pour une durée d’au moins un mois. Outre cette décision, l’Algérie maintient ses frontières fermées depuis le 17 mars 2020, et les autorités n’ont pour le moment donné aucune date pour leur réouverture.

Cette situation n’a pas manqué de susciter la colère de plusieurs centaines d’algériens qui sont encore bloqués à l’étranger. C’est notamment le cas du Forum de la communauté algérienne en Turquie, qui a réclamé il y a quelques jours de permettre aux citoyens bloqués dans ce pays de rentrer en Algérie avec des compagnies étrangères, dans le respect des mesures sanitaires actuellement en vigueur. La même source a également appelé à la suppression de l’autorisation d’entrée sur le territoire national, la qualifiant de « visa imposé aux algériens qui veulent rentrer dans leur pays ».

Suspension des vols spéciaux : Air Algérie attaquée en justice en France

La compagnie nationale Air Algérie, qui a suspendu ses vols spéciaux pour toute la durée de ce mois de mars, a en effet été attaquée en justice en France. Cette action a été entreprise par un groupe de ressortissants algériens résidant en Grande-Bretagne, et qui sont bloqués au niveau de la zone internationale de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle depuis le 27 février dernier.

Avant-hier jeudi, l’ambassade d’Algérie en France s’était d’ailleurs exprimée sur le cas de ces citoyens, affirmant que ceux-ci avaient été prévenus à l’avance de l’annulation de leurs billets Paris-Alger après la découverte du variant britannique du Coronavirus en Algérie. Les concernés ont toutefois nié les affirmations de la représentation diplomatique.  « Nous sommes arrivés le 26 février à Paris. À aucun moment, nous n’avons pas été informés de l’annulation de nos billets », a indiqué l’un des concernés, dans une déclaration rapportée ce samedi par le site spécialisé Visa Algérie. « Nous avons décidé de mener l’affaire en justice pour retrouver nos droits », a ajouté la même source.

Lire également : Vols suspendus en Algérie : les précisions du consulat de France à Alger