Voyages et immigration – Le premier ministère algérien vient d’annoncer, dans un communiqué rendu public ce soir, d’importants changements pour les voyageurs algériens en provenance de l’étranger.

Advertisement

La situation sanitaire qui se dégrade dans plusieurs régions du monde a poussé de nombreux pays a renforcer les contrôles à leurs frontières. L’apparition du variant Omicron, détecté pour la première fois en Afrique du Sud fait en effet craindre une nouvelle vague meurtrière de la maladie.

Les autorités algériennes ont ainsi décidé, en date du 6 décembre dernier d’imposer la présentation du Pass Vaccinal à l’ensemble des voyageurs entrant sur le territoire national par voie maritime.

La France, qui est la première destination étrangère des algériens, impose également depuis le 4 de ce même mois la présentation d’un test de dépistage négatif aux personnes en provenance de pays externes à l’Union Européenne. Ladite mesure, qui ne concernait auparavant que les personnes non-vaccinées a ainsi été élargie à l’ensemble des voyageurs.

Importants changements pour les voyageurs algériens (ministère)

Dans ce contexte, le premier ministère a également annoncé, dans un communiqué rendu public ce samedi soir, des changements importants pour les voyageurs algériens au départ et à destination du territoire national. Selon la même source, les personnes concernées doivent ainsi tenues de présenter un certificat de vaccination complète pour pouvoir entrer et sortir du territoire national.

Les service du premier ministre précisent ainsi que le gouvernement a décidé de « l’introduction d’un pass vaccinal (…) pour accéder à certains espaces, et comme condition d’entrée et de sortie du territoire national ». La même source ne donne toutefois pas davantage de détails concernant l’application de cette mesure.

Notons que l’obligation de vaccination pour les personnes sortant du territoire national risque de compliquer davantage les voyages pour ces dernières. En effet, l’Algérie utilise actuellement des vaccins qui ne sont pas reconnus par l’Agence européenne du médicament. Les personnes vaccinées au Sputnik V ou au Sinovac sont ainsi considérées comme non-vaccinées lors de leur entrée dans un pays de l’Espace Schengen à l’image de la France. Ce dernier pays impose en effet aux voyageurs qui ont reçu le vaccin chinois de faire une dose de rappel de Pfizer ou Moderna pour être considérés comme étant vaccinés. Les deux vaccins précédemment mentionnés ne sont toutefois pas disponibles en Algérie.

Lire également : Vols au départ de la France : nouveau changement pour les algériens (officiel)

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici