Voyages et immigration – La compagnie aérienne française, Air France se trouve au cœur d’un nouveau scandale concernant ses prix pour les vols vers l’Algérie.

Advertisement

Les liaisons aériennes entre la France et l’Algérie se poursuivent malgré la menace que représente le variant Omicron. Si elles ont renforcé les contrôles à leurs frontières, les autorités des deux pays n’ont ni suspendu, ni réduit le nombre de liaisons actuellement assurées par les différentes compagnies.

En Algérie, le gouvernement a décidé depuis le 6 décembre dernier d’imposer la présentation d’un certificat vaccinal aux personnes voyageant par bateau. Cette mesure devrait également être élargie aux voyageurs par voie aérienne. Le ministère des transports n’a toutefois révélé aucun calendrier dans ce sens à l’heure actuelle.

Pour les algériens qui voyagent vers la France, ils doivent présenter un test PCR ou antigénique réalisé moins de 48 heures avant leur voyage. Cette mesure qui ne concernait auparavant que les personnes non-vaccinées a été élargie à l’ensemble des voyageurs depuis le 4 décembre dernier.

Air France au centre d’un nouveau scandale sur ses vols vers l’Algérie

Les prix des billets demeurent quant à eux très élevés entre les deux pays. La très forte demande de la diaspora en cette période de fin d’année, ainsi que le nombre insuffisant de vols sont les principales raisons qui continuent de faire flamber les tarifs.

Air France suscite d’ailleurs un nouveau scandale parmi les voyageurs au sujet des prix pour ses vols vers l’Algérie. Cette compagnie française propose en effet quelques rares billets à des prix frôlant les 1000 euros. Ainsi, le vol Paris-Alger d’hier 24 décembre a été vendu à 966 euros par personne en aller-simple. Le vol du vendredi 31 décembre prochain est également proposé au même prix.

Notons que le problème des prix des billets touche l’ensemble des compagnies opérant entre la France et l’Algérie. La low-cost Volotea, nouvelle venue sur ce marché a également suscité la polémique il y a quelques jours en proposant l’aller simple entre Bordeaux et Alger à 800 euros par personne.

De leur côté, les membres de la diaspora et leurs représentants ont interpellé le gouvernement à plusieurs reprises sur ce sujet. Le premier ministre, Aymen Benabderrahmane avait annoncé en novembre dernier la création d’une commission d’enquête chargée de se pencher sur les prix des billets vers l’Algérie. Ladite commission n’a toutefois toujours pas rendu ses conclusions.

Lire également : Voyages : les vols d’Air Algérie compromis ?

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici