Voyages et immigration – La vidéo d’une passagère racontant le calvaire qu’elle a vécu lors d’un voyage entre la France et l’Algérie, avec escale en Tunisie, a largement été partagée sur les réseaux sociaux.

Advertisement

Face aux prix élevés des billets, de plus en plus de voyageurs choisissent de se rendre en Algérie en transitant par d’autres pays. Selon plusieurs témoins, cette alternative permet de voyager à un coût nettement plus bas. Ainsi, de plus en plus de personnes voyagent à destination du territoire national en transitant par des pays comme la Tunisie par exemple.

C’est le cas d’une passagère algérienne qui a vécu un véritable calvaire lors de son voyage vers l’Algérie en transitant par la Tunisie. Celle-ci, qui raconte sa mésaventure à un média tunisien, affirme qu’elle a décidé de faire le trajet Paris-Tunis-Alger pour rejoindre sa mère malade. « Je devais partir en Algérie en urgence, car ma mère était gravement malade. Elle a fini par succomber à sa maladie », a-t-elle dit.

Selon ses dires, la concernée a fait le trajet Alger-Tunis et devait séjourner un certain temps dans la capitale tunisienne avant de s’envoler pour l’Algérie le 25 octobre dernier. Seulement, ses ennuis ont commencé lorsqu’elle attendait son tour pour s’enregistrer à l’aéroport de Tunis.

Le calvaire d’une passagère lors d’un voyage vers l’Algérie (vidéo)

C’est en effet au sein de l’aéroport que débute le calvaire de cette passagère qui devait effectuer un voyage vers l’Algérie au départ de la France en passant par la Tunisie. Selon le témoignage de la concernée, un homme habillé en civil, qui s’est ensuite révélé être un contrôleur des douanes, était venu l’aborder alors qu’elle était dans la file d’attente pour l’enregistrement.

« Il m’a demandé combien j’avais sur moi. Je n’ai pas voulu répondre au début car il était habillé en civile. Je lui ai dit que j’avais 1000 € sur moi. Je pensais qu’il voulait emprunter de l’argent ou me voler », a-t-elle confié.

Toujours selon la concernée, l’homme en question a ensuite appelé son collègue et elle a dû se soumettre à une fouille. Les douanes tunisiennes lui auraient confisqué la somme de 3500 euros sur les 5000 qu’elle devait transporter vers l’Algérie.  « Je n’ai même pas pu financer l’enterrement de ma mère (…). La vie est très chère en Algérie, 1 500 € n’auraient pas suffi pour y rester pendant plusieurs mois », a-t-elle déclaré.

La mésaventure de la jeune femme ne s’arrête pas là, puisque le 3 décembre dernier, elle était retournée en Tunisie pour essayer de récupérer la somme qui lui a été confisquée. Selon ses déclarations, les autorités tunisiennes lui ont demandé de justifier la provenance de ladite somme. « Ma banque était fermée du samedi au lundi. Mon vol était prévu un samedi(…). Je leur ai donné toutes les preuves qui confirment mes dires, mais ils n’ont rien voulu savoir », a-t-elle dénoncé.

L’ambassade algérienne en Tunisie, vers laquelle la concernée s’est tournée, l’a pour sa part informée que la douane tunisienne n’avait pas le droit d’effectuer la saisie de ladite somme, puisqu’elle n’avait pas encore procédé à l’enregistrement pour son vol. « ils m’ont informée qu’ils n’avaient pas le droit de saisir l’argent avant que je ne fasse mon enregistrement », a-t-elle indiqué. Néanmoins, la jeune femme n’a toujours pas pu récupérer les 3500 euros qui lui ont été saisis, et ce malgré le fait qu’elle dispose de tous les justificatifs prouvant la provenance de cette somme.

Lire également : Prix des billets vers l’Algérie : le gouvernement de nouveau interpellé

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici