Voyages et immigration – Un élu a lancé, hier lundi un nouvel appel en faveur de l’assouplissement des conditions de voyage pour les voyageurs algériens. Il s’agit du député Abdelouahab Yagoubi, qui a appelé les autres élus de l’APN à joindre leurs voix en faveur de la communauté nationale à l’étranger.

Advertisement

Les frontières nationales ont partiellement rouvert depuis le 1er juin dernier. Une mesure qui, même si elle était très attendue après plus d’une année de suspension des voyages, s’avère toutefois insuffisante au vu de la très forte demande de la diaspora algérienne.

Le nombre de vols est en effet loin de répondre aux besoins des citoyens résidant à l’étranger. La France, qui est le pays le plus desservi, ne bénéficie notamment que d’une cinquantaine de liaisons par semaine, contre une soixantaine par jour avant la crise sanitaire. Ceci a eu un impact direct sur les prix des billets, qui continuent à se maintenir à des niveaux très élevés depuis plusieurs mois. Sur la ligne Paris-Alger, les tarif frôlent ainsi les 1000 euros pour un aller simple chez certaines compagnies.

Les compagnies low-cost, comme Volotea suivent également la même tendance. Sur les lignes Bordeaux-Alger et Marseille-Oran, il faut ainsi compter plus de 700 euros pour un aller simple avec cette low-cost espagnole.

Voyageurs algériens, frontières : l’appel d’un élu

Dans ce sens, un élu vient de lancer un énième appel en faveur de l’assouplissement des conditions de voyage pour les voyageurs algériens. Il s’agit du député Abdelouahab Yagoubi, qui a appelé les autres élus de l’APN à joindre leurs voix en faveur du règlement définitif de cette question.

« Nous espérons vivement que les autres députés (FLN, Indépendants, RND, Al-Mustaqbal et Al-Binaa) nous écoutent objectivement et sagement à l’avenir. », a-t-il écrit sur sa page Facebook officielle. « Nous attendons toujours que le gouvernement réponde aux préoccupations de la communauté nationale à l’étranger, qui ne nécessitent ni budget spécial ni grands efforts pour les prendre en charge, des préoccupations que l’exécutif connaît bien car nous les avons remontées jour et nuit, secrètement et publiquement, par écrit et oralement », a ajouté le représentant de la communauté algérienne en France.

Parmi les revendications citées par le député figure notamment « l’ouverture des frontières et la garantie de liberté de circulation et le droit d’aller et venir aux citoyens ; la reprise de tous les vols aériens et traversées maritimes à partir des divers aéroports et ports algériens et internationaux ; l’ouverture du marché du transport aérien et maritime à une concurrence réelle, pour offrir aux passagers des prix justes et une qualité de service méritée ; l’amélioration des conditions d’accueil des algériens, notamment dans les ports, loin des méthodes de racket connues de tous. ».

Lire également : Voyages : les scandales se poursuivent chez Air Algérie (vidéo)

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici