Visas et Voyages – La France a annoncé la fermeture de ses frontières à tous les ressortissants hors Union Européenne, dont les algériens. Cette décision est entrée en vigueur hier dimanche à minuit.

Advertisement

Le premier ministre français, Jean Castex, avait annoncé à la fin de la semaine dernière la fermeture des frontières de son pays à tous les ressortissants hors Union Européenne. Cette décision, qui est entrée en vigueur hier à minuit, concerne tous les voyages entre la France et les pays tiers, dans les deux sens, sauf ceux justifiés par des motifs impérieux. « Tous les départs vers les grands vols internationaux vont être contrôlés. Il ne restera plus beaucoup de personnes, seules celles qui ont quelque chose d’urgent », a indiqué l’AFP hier dimanche, citant des sources aéroportuaires. « Ce qui va changer, concrètement, c’est le contrôle des passagers », a expliqué la même source.

Ainsi, la décision de fermeture des frontières françaises impactera naturellement les algériens, que ceux-ci voyagent de l’Algérie vers la France ou dans l’autre sens. Les algériens sont ainsi soumis, dans les deux cas, au régime des motifs impérieux décidés par les autorités françaises. Ces motifs peuvent être d’ordre personnel, professionnel ou sanitaire, selon ce qu’a indiqué le ministère français de l’Intérieur. Les personnes autorisées à voyager entre l’Algérie et la France sont celles disposant d’un visa de long séjour au titre du regroupement familial, les personnes résidant légalement en France ou encore les étudiants titulaires d’un visa et qui partent poursuivre leurs études dans un établissement français.

Fermeture des frontières : qui sont les algériens autorisés à voyager depuis la France vers l’Algérie ?

Outre les algériens qui partent en France, ceux qui en reviennent ne peuvent également prendre l’avion que s’ils fournissent une preuve de motif impérieux. Ces motifs concernent notamment les algériens qui souhaitent rentrer au pays suite au décès d’un membre de la famille en ligne directe (parent, frère, sœur, conjoint ou enfant), ou qui souhaitent rendre visite à un membre de la famille dont le pronostic vital est en engagé. Dans les deux cas, les concernés doivent fournir les pièces justificatives établissant le motif de leur voyage. Les personnes qui sont dans l’impossibilité de rester légalement en France peuvent également voyager hors de ce pays en fournissant les pièces justifiant de leur situation (titre de séjour arrivé à expiration, acte de licenciement, décision d’éloignement du territoire français…etc). En outre, les professionnels voyageant dans le cadre d’une mission de travail qui ne peut être reportée sont également autorisés à quitter le territoire français.

La liste des motifs permettant de sortir du territoire français inclut également le « retour dans le pays de résidence ou d’origine ». Toutefois, les personnes voyageant sous ce dernier motif ne sont pas autorisées à retourner en France, et doivent justifier d’un motif impérieux pour pouvoir se rendre à nouveau dans ce pays.

Quel impact sur les vols de rapatriement d’Air Algérie ?

Par ailleurs, cette mesure ne devrait pas avoir d’impact sur les vols de rapatriement d’Air Algérie. La compagnie nationale opère, rappelons-le, trois vols quotidiens au départ de Paris. Selon Amine Andaloussi, porte-parole d’Air Algérie, la décision de fermeture des frontières françaises concerne uniquement les vols réguliers. Le même responsable a par ailleurs confirmé le maintien du programme de vols spéciaux d’Air Algérie pendant tout le mois de février. La compagnie nationale devrait donc continuer d’opérer deux vols quotidiens depuis l’aéroport de Paris Orly, ainsi qu’un troisième au départ de l’aéroport Charles de Gaulle.

Lire également : France : un algérien privé de nationalité cas il « travaille trop »

Advertisement