Voyages et immigration – Le Pr Lyes Rahal, directeur de l’Institut national de santé publique s’est exprimé au sujet du variant Omicron et des mesures prises par l’Algérie à ses frontières.

Advertisement

Le variant Omicron du covid-19, apparu en Afrique du Sud affole le monde ces dernières semaines. Cette souche de la maladie, réputée plus dangereuse que les précédentes touche déjà plusieurs pays en Europe. En France, qui est la première destination étrangère des algériens, aucun cas confirmé n’a pour le moment été signalé. Huit personnes suspectées d’être porteuses de ce variant ont été placées en isolement en attendant les résultats de l’enquête épidémiologique.

Face à cette situation, de nombreux algériens craignent une nouvelle fermeture des frontières nationales. Pour le moment, plusieurs spécialistes qui se sont exprimés sur la question ont estimé que les autorités n’avaient pas besoin de recourir à cette mesure.

« Nous devons attendre quelques semaines pour savoir précisément l’impact de ce variant », a notamment recommandé le Pr Riyad Mahyaoui, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie de Covid-19 dans un entretien accordé ce lundi au média en ligne TSA.  Les pays qui l’ont fait (qui ont suspendu des vols, ndlr) sont ceux qui avaient beaucoup de liaisons avec l’Afrique du Sud », a-t-il expliqué.

Variant Omicron et frontières en Algérie : un responsable précise

De son côté, le Pr Lyes Rahal, directeur de l’Institut national de santé publique s’est également exprimé au sujet du variant Omicron et des mesures prises par l’Algérie à ses frontières. « L’Algérie est prête depuis le début pour faire face au Coronavirus pas spécialement un variant en particulier », a-t-il rassuré ce lundi 29 octobre.

« Il y a des mesures qui sont prises au niveau des frontières. Le conseil scientifique a fixé un protocole dans les aéroports. Le contrôle sanitaire aux frontières a été défini. Ce qui nous importe, c’est de savoir si les gens qui rentrent en Algérie sont contaminés ou pas », a détaillé le même responsable.

« Il y a aussi l’institut Pasteur, la référence, qui entre dans le cadre d’un réseau mondial et qui effectue une veille virologique et sanitaire qui étudie toutes les données » a-t-il également dit.

Lire également : Remboursement des billets d’Air Algérie : le ministre des transports s’exprime

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici