France histoire– Olivier Le Cour Grandmaison, politologue français, a tenu des propos ayant suscité une vive polémique en France. En effet, les déclarations de l’expert français, dans le cadre d’un entretien accordé à l’APS, ont un lien avec la guerre d’Algérie.

Advertisement

Ainsi, le politologue français spécialisé dans l’histoire coloniale de la France, a porté un jugement sur la guerre d’Algérie. Celle-ci a été marquée par « des massacres et des crimes contre l’humanité, ayant décimé la population autochtone », a-t-il notamment déclaré. Avant de mentionner que, durant ladite guerre, il y a eu la déportation des populations, des destructions et des enfumades en masse. « Tels sont les moyens de la guerre d’Algérie dont les conséquences vont être une baisse très spectaculaire du nombre des indigènes », a-t-il regretté.

Guerre d’Algérie et massacres du 17 octobre 1961 : ce qu’en pense le politologue

Olivier Le Cour Grandmaison a tenu également à signaler que la nomination du général Bugeaud, comme gouverneur général de l’Algérie en février 1841, a été un tournant dans le déroulement de la guerre d’Algérie. Le militaire français a mené « une guerre totale en Algérie », a affirmé le même politologue. Ce dernier est encore allé plus loin, en signalant la non protection des civils et la non distinction entre champs de batailles et sanctuaires, pendant la même période. En outre, le même expert a tenu encore une fois à déplorer le nombre colossal de pertes humaines pendant la guerre d’Algérie.

Ensuite, le politologue français a traité des massacres du 17 octobre 1961. Notons que, ceux-ci avaient été commis suite à un rassemblement pacifique, auquel avait appelé la fédération du FLN à Paris. Pour rappel, le FLN avait lancé un appel pour un regroupement, afin de contester le couvre-feu imposé en France, depuis le 5 octobre 1961, aux seuls français d’Algérie. Ainsi, Olivier Le Cour Grandmaison a jugé que ce rassemblement avait joué un rôle prépondérant. Ce regroupement a contribué à « discréditer encore plus les autorités françaises ». Il a également estimé que cela a permis aux algériens de gagner la bataille politique.

Concernant l’accès aux archives de la guerre d’Algérie, M. Le Cour Grandmaison s’est lamenté des restrictions imposées par la France dans ce domaine. Le politologue français a profité, par la même occasion, pour lancer un appel afin de mettre un terme à cette situation jugée « inacceptable ».

Lire également :

Guerre médiatique entre l’Algérie et le Maroc : l’autre visage de l’opération de Guerguerat

Advertisement