Immigration clandestine– Le nombre de harragas algériens qui arrivent vers l’Espagne connaît de nouveau une hausse alarmante. C’est en effet ce qu’a fait savoir l’Agence européenne de contrôle des frontières.

Advertisement

Selon la même source, ce sont ainsi près de 800 harragas algériens qui ont été interceptés au cours des cinq derniers jours sur les côtes espagnoles. Pour ce qui est du nombre d’algériens qui ont réussi à atteindre la rive nord de la Méditerranée, la même source avance le chiffre de 5000 rien que pour le mois de septembre dernier.

Ainsi, la pandémie de Covid-19, qui frappe le monde de plein fouet, n’a décidément pas réussi à dissuader ces centaines de harragas, qui risquent chaque année leur vie pour atteindre les côtes du vieux continent. Le chamboulement politique et économique que vit l’Algérie depuis 2019, font notamment partie des raisons de la recrudescence de ce phénomène.

Ainsi, alors que le phénomène de l’immigration clandestine ne concernait par le passé que les jeunes, il touche désormais toutes les franges de la société. Des familles entières n’hésitent en effet pas à tenter de quitter l’Algérie à bord d’embarcations de fortune dans l’espoir d’un avenir meilleur sous d’autres cieux.

Le flux de harragas algériens inquiète l’Europe

Par ailleurs, il est à noter que le phénomène des harragas fait partie des grands défis auxquels l’Europe fait face depuis plusieurs années. « Le nombre des clandestins arrivés en Espagne en provenance de l’Algérie a été multiplié par cinq depuis le début de l’année », avait notamment déclaré la ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’UE et de la Coopération, Arancha Gonzalez Laya en septembre dernier. En plus de l’Espagne, l’Italie et la France font notamment partie des pays durement touchés par ce phénomène. Plusieurs visites de responsables de ces pays ont d’ailleurs récemment eu lieu, non seulement vers l’Algérie, mais également vers ses voisins que sont la Tunisie et le Maroc.

Lire également :

Des étudiants algériens privés d’inscriptions à l’université en France

 

Advertisement