Actualité économique – Le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé, hier dimanche, sur l’importation des voitures en Algérie. Le président algérien a, rappelons-le, accordé une interview à plusieurs médias de la presse nationale, diffusée dans la soirée d’hier par la télévision publique EPTV (ex-ENTV).

Advertisement

La question de l’importation des voitures continue à faire couler de l’encre en Algérie. Il y a quelques mois déjà, le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham avait été au cœur d’une vaste polémique concernant ce sujet. Le sénateur du FLN, Abdelouahab Benzaïm avait notamment accusé le premier responsable du secteur de l’Industrie de « travailler pour le compte des importateurs », après que celui-ci ait accordé des licences temporaires à plusieurs concessionnaires automobiles.

À l’origine de cette vaste polémique, la décisions de M. Aït Ali d’accorder des licences temporaires pour l’importation de véhicules neufs, alors qu’il a refusé dans le même temps d’autoriser l’importation des voitures d’occasion. Le ministre de l’industrie avait notamment justifié son choix par le fait que l’importation des véhicules d’occasion allait « alimenter le marché noir des devises ». « l’État ne peut pas financer un marché dont les revenus proviennent principalement d’activités criminelles », avait-il déclaré il y a quelques semaines.

Importation des voitures en Algérie : ce qu’a dit Abdelmadjid Tebboune

Le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune s’est également exprimé, hier dimanche, sur la question de l’importation des voitures en Algérie. S’exprimant lors d’un entretien accordé aux médias de la presse nationale, et diffusé hier soir par la télévision publique EPTV (ex-ENTV), le président algérien a ainsi déclaré que « l’importation de véhicules par les particuliers avec leurs propres moyens n’est pas interdite par la loi à condition de s’acquitter des droits douaniers et des taxes appliquées dans ce domaine ». La décision de gel des importations, qui est toujours en vigueur, concerne donc uniquement les concessionnaires automobiles présents en Algérie.

Par ailleurs, le chef de l’État a également déclaré que l’Algérie va bientôt reprendre les activités de montage automobile, qui devraient aboutir à stabiliser les prix des véhicules sur le marché national. M. Tebboune a dans ce sens évoqué ce qu’il a qualifié de « véritable montage automobile », qui sera différent de ce qui s’était fait au cours des années précédentes. « Nous sommes supposés créer, lorsqu’on parle de montage automobile, de milliers de postes d’emploi. Mais nous avons assisté hélas à la création de 400 postes d’emploi uniquement par un investisseur qui a consommé trois milliards de dollars », a déclaré le chef de l’État.

Lire également : Importation des voitures d’occasion en Algérie : Ferhat Aït Ali revient à la charge

Advertisement