Algérie actualité– Le tribunal de Chéraga, en Algérie, a décidé de reporter à nouveau le procès de la « fille cachée de Bouteflika ». De son vrai nom Nachinachi Zoulikha-Chafika, celle-ci sera en effet jugée le 7 octobre prochain, a-t-on indiqué de sources concordantes. Le report a été décidé à cause du boycott de l’audience par les avocats des accusés.

Advertisement

En effet, « la fille cachée de Bouteflika » est poursuivie dans des affaires ayant trait à la corruption. Les deux filles de cette dernière sont également poursuivies pour les mêmes accusation. En outre, les anciens ministre Abdelghani Zaalane et Mohamed El Ghazi figurent également parmi les accusés. Ces deux derniers sont poursuivis respectivement en leur qualité d’ex-walis d’Oran et de Chlef.

Hormis les cinq accusés précédemment cités, l’ex-DGSN Abdelghani Hamel figure également parmi les mis en cause. Ceux-ci sont notamment poursuivis pour blanchiment d’argent, octroi d’indus avantages, transfert de devises vers l’étranger et dilapidation de deniers publics. Notons qu’il s’agit là du troisième report de cette affaire par la justice, qui avait déjà reporté le procès deux fois à la demande de la défense au cours du mois d’août passé.

Qui est la « fille cachée de Bouteflika » ?

L’affaire de la « fille cachée de Bouteflika » débute en 2019. À l’époque, la fouille de la villa qu’elle occupait dans la résidence d’État de Moretti permet la découverte de sommes astronomiques en monnaie nationale et étrangère. Ainsi, ce sont pas moins de 17kg de bijoux en or qui sont découverts cachés chez elle. À cette quantité s’ajoutent 12 milliards de centimes, 270.000 euros et 30.000 dollars américains. Peu de choses sont vraiment connues à propos de cette femme. Son sobriquet de « fille cachée de Bouteflika » lui viendrait de rumeurs la présentant comme la fille illégitime de l’ancien chef de l’État. Mais ces dires semblent plutôt infondés, et il est plus vraisemblable qu’elle soit la fille d’un ancien combattant de la guerre d’Algérie proche de Bouteflika, comme le note le quotidien El-Watan.

Quoi qu’il en soit, le procès de « madame Maya » risque de révéler d’autres secrets dans les prochains jours. Mohamed Rougab, ancien secrétaire de Bouteflika, est d’ailleurs l’un des témoins phares qui ont été demandés dans cette affaires.

Lire également :

Nouvelles révélations sur les relations entre Bouteflika et « madame Maya »

Advertisement