Algérie actualité – L’affaires des lingots d’or dont a parlé l’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia au début de la semaine écoulée, continue de susciter la polémique en Algérie. Hier jeudi, c’est l’avocat d’Ahmed Ouyahia, Me Amine Benkraoula, qui s’est exprimé sur cette affaire.

Advertisement

La cour d’Alger a continué, hier jeudi, le procès du montage automobile et du financement occulte du 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Plusieurs anciens hauts responsables, ainsi que des hommes d’affaires, sont poursuivis dans ces dossiers. Parmi les principaux accusés, figure notamment l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia, déjà condamné dans plusieurs affaires remontant à l’époque où il occupait des postes de responsabilité sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika.

Samedi dernier, l’ancien chef de l’exécutif n’avait d’ailleurs pas manqué de susciter la polémique avec ses aveux. Ahmed Ouyahia avait, en effet, avoué avoir reçu des lingots d’or comme cadeau de la part de princes des pays du Golfe, qui prenaient part à des parties de chasse dans le sur de l’Algérie. L’ancien secrétaire général du RND a également reconnu avoir revendu ces lingots au marché pour un total de 350 millions de dinars, soit 35 milliards de centimes. Ahmed Ouyahia a fait ces aveux en réponse à une question du juge, lui demandant de justifier la provenance de la somme de 700 millions de dinars (70 milliards de centimes) qui a été trouvée dans ses comptes bancaires.

Affaire des lingots d’or : Ouyahia a-t-il menti ?

Hier jeudi, c’est l’avocat d’Ahmed Ouyahia, Me Amine Benkraoula, qui s’est exprimé sur cette affaire. Selon ses dires, les affirmations d’Ahmed Ouyahia étaient un « mensonge légale » motivé par les « circonstances ». « Les déclarations sur les lingots d’or provenaient de la prison d’Abadla de Bechar. S’il les avait tenues à partir de la Cour d’Alger, elles n’auraient sans doute jamais eu lieu », a dit l’avocat d’Ahmed Ouyahia, cité par le quotidien arabophone El Khabar. « Il y a ce qu’on appelle un mensonge légal motivé par les circonstances, c’est pour cela que mon client a préféré parler de marché noir plutôt que de chambre noir, et de 4e étage plutôt que de 4e sous-sol », a-t-il ajouté.

« Ahmed Ouyahia est un homme honorable (…) l’Histoire le réhabilitera comme elle a rétabli Messali Hadj et Ben Bella », a encore dit Me Benkraoula. L’avocat de l’ex-premier ministre n’a toutefois pas souhaité aller plus loin dans ses déclarations. « Je me limite à cette phrase, je n’irai pas plus loin », a-t-il indiqué dans une déclaration à TSA.

Rappelons, par ailleurs, qu’Ahmed Ouyahia a déjà été condamné dans plusieurs affaires liées à la corruption. Sa dernière condamnation remonte au 4 janvier en cours, lorsqu’il a écopé de 7 ans de prison ferme dans le cadre du procès de l’homme d’affaires Mohamed Benfissah.

Lire également : Algérie : vive polémique suite à des déclarations du ministre de l’industrie

Advertisement