Algérie actualité– L’opération militaire menée par le Maroc, ce vendredi 13 novembre, au sud-ouest du Sahara occidental n’est pas passée sous silence. Les autorités algériennes ont décidé de réagir. Ainsi, l’Algérie a vivement condamné cet acte, qu’elle considère comme étant « une violation du cessez-le-feu en vigueur entre les deux pays».

Le gouvernement algérien a lancé, aujourd’hui 13 novembre, soit le même jour de ladite opération, un appel ferme au Royaume chérifien, l’incitant à « cesser immédiatement » ces attaques militaires. Celles-ci sont, faut-il le rappeler, menées dans la zone-tampon de Guerguerat, à quelques encablures de la frontière mauritanienne. « Les conséquences de ces actes sont de nature à affecter la stabilité de toute la région », souligne le communiqué du ministère des affaires étrangères algérien. Avant d’insister sur la nécessité, pour les parties prenantes au conflit, de faire preuve de « sens de responsabilité et de retenue ».

L’Algérie appelle au strict respect du cessez-le-feu

De plus, les autorités algériennes ont mis l’accent sur l’obligation de respecter de manière stricte l’accord militaire, signé entre les deux pays et l’Organisation des nations unies (ONU). Notons que, des négociations acharnées avaient été conduites par l’ONU, afin d’aboutir à une suspension des actes de guerre, qui avaient duré 16 ans. L’arrêt officiel des hostilités entre le Maroc et le Sahara Occidental, avait été officialisé en septembre 1991.

Par le biais du même communiqué, les autorités algériennes ont réitéré leur appel à l’égard du Secrétaire Général de l’ONU. Elles se sont montrées intransigeantes face à la question de la nomination, dans les plus brefs délais, d’un émissaire de l’organisation internationale. Ce qui devrait permettre une reprise des négociations entre le Maroc et le Sahara Occidental, conformément à la charte et aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. L’Algérie déclare également attendre « en particulier, du SG de l’ONU et de la mission Minurso, l’accomplissement scrupuleux de leurs actions ». 

Pour rappel, le Maroc avait annoncé, ce vendredi, le lancement de l’attaque militaire en question. Le principal but de cette opération est de « restaurer la libre circulation civile et commerciale » sur la route conduisant vers la Mauritanie. C’est ce que mentionne le communiqué du ministère des affaires étrangères marocain, qui a été relayé par l’AFP. Par ailleurs, il est à souligner que les forces de l’armée sahraouie ont riposté aux tirs marocains, en vertu de « son droit de défendre les civils du Sahara occidental », a justifié Abdelkader Taleb Omar, ambassadeur sahraoui en Algérie.

 

Lire également :

Politique : nouvelle attaque du Maroc contre l’Algérie