Voyages et immigration – L’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud s’est exprimé au sujet de l’ouverture des frontières et de la reprise des vols qui aura lieu à partir du mois de juin prochain.

L’Algérie compte en effet ouvrir partiellement ses frontières à partir du 1er juin prochain. La présidence de la République a annoncé, au début de la semaine écoulée, que cette opération débuterait avec l’organisation de cinq vols quotidiens à destination des aéroports d’Alger, d’Oran et de Constantine. Selon le porte-parole d’Air Algérie, Amine Andaloussi, le chiffre de cinq vols par jours serait uniquement « indicatif ». Les autorités pourraient donc ajuster le nombre de liaisons en fonction de la situation sanitaire des pays avec lesquels elles ont lieu.

Pour l’heure, on ne connait toutefois que peu de détails concernant cette reprise des vols. La compagnie nationale Air Algérie, qui devrait effectuer l’essentiel de ces vols, n’a pas encore dévoilé son programme ou les prix qu’elle compte appliquer. Sur ce dernier point, le porte-parole du transporteur aérien public a d’ailleurs expliqué que les prix dépendaient eux aussi de la décision du gouvernement.

Ouverture des frontières : l’ambassadeur d’Algérie en France précise

C’est dans ce contexte que l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud s’est exprimé au sujet de l’ouverture partielle des frontières qui aura lieu au début du mois prochain. Dans des déclarations accordées à la chaîne de télévision publique Canal Algérie, le diplomate algérien a ainsi abordé plusieurs points de cette opération, notamment les pays qui seront concernés ainsi que le programme des vols. Dans ce sens, M. Antar Daoud a déclaré que la France serait le seul pays concerné par la décision des autorités algériennes.

Toujours selon la même source, il devrait ainsi y avoir cinq vols quotidiens au départ de trois aéroports français. Il s’agira des aéroports de Paris, de Lyon et de Marseille, a précisé l’ambassadeur algérien, qui a ajouté qu’il s’agissait là d’une première étape et qu’il devrait également y avoir des vols à l’avenir au départ des aéroports de Toulouse et de Lille. Lesdits vols desserviront les aéroports d’Alger, d’Oran et de Constantine, avec l’ajout des aéroports d’Annaba et de Tlemcen si la première étape de l’opération se passe comme prévu, a encore expliqué Mohamed Antar Daoud.

Toutefois, le premier représentant de l’Algérie en France n’a pas évoqué les catégories de personnes qui pourront voyager à partir du 1er juin prochain. Selon le Pr Riyad Mahyaoui, membre du comité scientifique de suivi de la pandémie de Coronavirus, il s’agira probablement en premier lieu des citoyens qui ont des motifs de voyage spéciaux. Le même spécialiste a ainsi évoqué l’exemple « des personnes qui doivent être rapatriées, de celles qui ont besoin de voyager pour un problème de santé ou pour un problème inhérent à un poste de travail ». Toutefois, plusieurs sources ont également évoqué une réouverture plus large des frontières algériennes, à condition que la situation sanitaire dans le pays reste stable et que le protocole sanitaire qui sera appliqué au niveau des aéroports montre son efficacité.

Lire également : Frontières et vols de rapatriement : l’ambassadeur d’Algérie en France s’exprime