Voyages et immigration – L’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud s’est exprimé sur la fermeture des frontières, ainsi que sur la suspension des opérations de rapatriement en faveur des algériens se trouvant à l’étranger.

Advertisement

Les autorités algériennes maintiennent la fermeture des frontières du pays depuis le 17 mars 2020. En plus de cette mesure, l’Algérie a également décidé de la suspension de opérations de rapatriement depuis le 28 février dernier. Cette décision, qui devait prendre fin le 31 mars dernier est toujours en vigueur, et aucune date pour sa levée n’a été avancée pour le moment. Dans une note publiée par le consulat général d’Algérie à Istanbul (Turquie), la compagnie aérienne nationale a indiqué que la suspension de ses vols durera au moins jusqu’à la fin de ce mois d’avril. « Nous informons notre aimable clientèle que tous les vols internationaux sont suspendus du 1er avril jusqu’au 30 avril 2021 », a précisé Air Algérie.

L’ambassade d’Algérie en France a également confirmé le maintien de la suspension des vols de rapatriement jusqu’à nouvel ordre. « L’Ambassade d’Algérie à Paris porte à la connaissance de la communauté nationale en France que les vols de rapatriement assurés par la compagnie nationale Air Algérie demeurent toujours suspendus », a indiqué ladite représentation diplomatique dans un communiqué rendu public le 5 avril dernier.

Frontières et vols de rapatriement : ce qu’a dit l’ambassadeur d’Algérie en France

De son côté, l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud s’est également exprimé sur le maintien de la fermeture des frontières, ainsi que sur les opérations de rapatriement de la compagnie aérienne nationale. Dans un entretien accordé hier à la chaîne publique Canal Algérie, le même diplomate a ainsi indiqué que le maintien de la fermeture des frontières « est loin d’être une sanction mais elle est uniquement une protection ».

Concernant le maintien de la suspension des opérations de rapatriement, l’ambassadeur d’Algérie a indiqué que celle-ci avait été décidée sur recommandation du conseil scientifique de suivi de la pandémie. « La décision du président de la République (…) tient d’abord lieu de recommandations du conseil scientifique, qui a dit :  « faites attention, nous avons déjà deux cas du variant anglais » (…) c’est par précaution pour notre peuple », a-t-il dit.

« Nous sommes l’un des rares pays au monde, à avoir aujourd’hui, avec la Chine, un taux de contaminations à deux chiffres. [C’est] la preuve que cette fermeture des frontières a eu un impact positif. », a encore souligné M. Antar Daoud, ajoutant qu’ « il y a beaucoup de wilayas aujourd’hui en Algérie où le couvre-feu n’est plus de mise. Il doit y en avoir 9 wilayas où le couvre-feu est établi de 23h00 du soir jusqu’à 4h00 du matin ».

Notons également que l’ambassade algérienne en France a indiqué, il y a quelques jours, qu’elle avait suspendu l’octroi des autorisations d’entrée sur le territoire national pour les algériens voyageant avec des compagnies étrangères. « Il a été (…) décidé de surseoir, jusqu’à nouvel ordre, à la délivrance des autorisations d’accès au territoire national via les compagnies aériennes étrangères », a fait savoir la représentation diplomatique dans un communiqué rendu public au début de cette semaine.

Lire également : Fermeture des frontières de l’Algérie : les algériens de Turquie montent au créneau

Advertisement