Voyages et immigration – Alors que plusieurs pays à travers le monde se préparent à la réouverture de leurs frontières, les États-Unis ont placé l’Algérie sur la liste noire des pays dans lesquels il est fortement déconseillé de voyager.

L’Algérie garde ses frontières fermées depuis maintenant plus d’une année, et alors que les membres de la diaspora algérienne multiplient les appels pour leur réouverture, les autorités du pays n’ont toujours pas avancé de calendrier pour une levée progressive de cette mesure. De ce fait, l’Algérie risque d’enregistrer un retard considérable sur ce plan, d’autant plus que sa campagne de vaccination est au ralenti depuis plusieurs semaines du fait du manque de doses de vaccin.

Selon plusieurs spécialistes, l’ouverture des frontières doit passer par la vaccination d’au moins 50% de la population algérienne. Or, ce taux qui représente environ 20 millions de personnes ne pourra être atteint que dans plusieurs mois dans le meilleur des cas. Actuellement, il y aurait moins de 1% des algériens qui ont reçu le vaccin, selon des chiffres donnés par le Pr Kamel Djenouhat à la fin du mois de mars dernier.

Reprise des vols : l’Algérie sur la liste noire des États-Unis

Les États-Unis ont en effet décidé de classer l’Algérie sur la liste noire des pays où il est déconseillé de se rendre, alors que plusieurs États à travers le monde se préparent à la réouverture de leurs frontières et à une reprise progressive des vols. Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont en effet estimé le risque de contamination à la Covid-19 en Algérie à un niveau « inconnu », qui se classe dans la même catégorie que le niveau 4 qui représente le risque le plus élevé. « Les voyageurs doivent éviter de voyager en Algérie », a recommandé la même source, qui estime qu’« En raison de la situation actuelle en Algérie, même les voyageurs vaccinés encourent le risque d’être contaminés ou de propager le covid-19 et ses variants ».

Notons d’ailleurs que les États-Unis ne sont pas le seul pays à émettre des recommandations négatives quant aux voyages vers l’Algérie. L’Union Européenne maintient en effet ce pays sur sa liste des destinations « peu sûres » depuis l’été 2020. Ces décisions vont influer non seulement sur les déplacements des étrangers vers l’Algérie, mais également sur les voyages des algériens vers l’étranger, et notamment en Europe. Dans ce sens, les pays européens pourraient mettre en place des mesures plus strictes à l’égard des voyageurs algériens, notamment en raison du manque de données fiables sur la gestion de la crise sanitaire par les autorités du pays.

Lire également : Voyages Algérie France : voici tous les nouveaux changements