Voyages et immigration – Le sénateur Abdelouahab Benzaïm est de nouveau monté au créneau, ce dimanche 8 août concernant l’ouverture totale des frontières en Algérie.

Advertisement

L’Algérie a partiellement rouvert ses frontières depuis le 1er juin dernier, mais de nombreux citoyens peinent encore à trouver un vol pour rentrer au pays. Le nombre de dessertes est en effet très limité, ce qui rend l’acquisition des billets quasi impossible pour la majorité des voyageurs. Ce dimanche 8 août, la compagnie nationale Air Algérie a mis en vente des vols pour les 7, 9, 14 et 28 septembre prochains au départ de la France. Les billets pour ces vols ont toutefois tous été vendus en quelques heures seulement.

Face à cette situation, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer l’ouverture totale des frontières de l’Algérie. « Les frontières maritimes sont toujours fermées. Un avion transporte entre 250 et 300 passagers alors qu’un navire peut transporter 1 300 passagers. Donc, on peut programmer des dessertes maritimes au départ de Barcelone ou de Marseille, avec des tests qui seront réalisés durant la traversée. Une seule desserte maritime équivaut à 5 vols », avait notamment suggéré le député Mohamed Hani il y a quelques jours. Tawfik Khedim, autre député représentant la communauté nationale dans le sud de la France, avait pour sa part fait état de décisions prochaines à ce sujet. Le gouvernement algérien n’a toutefois rien annoncé pour le moment.

Ouverture totale des frontières en Algérie : le premier ministre saisi

Dans ce contexte, le sénateur du FLN Abdelouahab Benzaïm est de nouveau monté au créneau pour réclamer une ouverture totale des frontières, avec l’augmentation du nombre de vols et la reprise des traversées maritimes vers l’Algérie. « L’heure est venue pour une ouverture totale avec l’étranger avec les mêmes conditions dans tous les aéroports algériens », a-t-il estimé ce dimanche dans une lettre ouverte au premier ministre, Aymen Benabderrahmane.

« Cette mesure permettra d’atténuer les pertes enregistrées quotidiennement par la compagnie aérienne nationale Air Algérie. Elle permettra aussi aux émigrés qui souffrent tous les jours et qui ne peuvent pas rentrer notamment durant ce mois d’août », a-t-il justifié. Le même sénateur a également appuyé ses propos en affirmant que les dépistages au niveau des aéroports, qui peuvent également se faire à bord des bateaux rendent possible une ouverture totale des frontières sans risque concernant la situation sanitaire en Algérie.

Lire également : France : l’ambassade d’Algérie au cœur d’une vive polémique

Advertisement