Corruption en Algérie – Les anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont écopé de lourdes peines dans le dossier du financement occulte du cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont en effet écopé, ce jeudi 28 octobre, de lourdes peines dans le procès en appel pour les dossiers du montage automobile et du financement occulte du cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Plusieurs anciens hauts responsables, ainsi que des hommes d’affaires, ont comparu dans ce dossier. Parmi les accusés, figurent notamment les deux anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal.

En plus des deux anciens chefs de l’exécutif, les anciens ministres Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda ont également comparu dans ce dossier. Les hommes d’affaires Ali Haddad, Mohamed Bairi, Ahmed Mazouz et Hacène Larbaoui figurent également parmi les accusés. Les mis en cause sont tous poursuivis pour octroi d’indus avantages et financement occulte du cinquième mandat du président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Ouyahia et Sellal lourdement condamnés

Les anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, déjà condamnés dans plusieurs affaires ayant trait à la corruption, ont écopé de lourdes peines dans ce double procès. La cour d’Alger a ainsi prononcé une peine de 15 ans d’emprisonnement à l’encontre d’Ahmed Ouyahia, tandis qu’Abdelmalek Sellal a écopé de 12 ans de prison ferme. Les deux anciens chefs de l’exécutif ont également écopé d’une amende d’un million de dinars (100 millions de centimes) chacun.

Pour leur part, les hommes d’affaires Ali Haddad, Ahmed Mazouz et Hacène Larbaoui ont écopé de 4 ans de prison chacun, tandis que Mohamed Bairi a été condamné à 3 ans de prison ferme. En outre, l’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi a écopé d’une peine de 3 ans d’emprisonnement tandis que Mahdjoub Bedda, ancien ministre du commerce sous Bouteflika, a été condamné à deux ans de détention. Le reste des accusés, parmi lesquels d’anciens walis et des cadres au sein du ministère de l’Industrie, ont bénéficié de verdicts allant de l’acquittement à deux ans d’emprisonnement.

Lire également : Financement occulte du cinquième mandat : Sellal enfonce Saïd Bouteflika