Faits diversL’affaire de la princesse Latifa Al Maktoum, née de mère algérienne, et qui serait détenue en otage dans une villa par son père, qui occupe le poste d’émir de Dubaï, continue de faire couler beaucoup d’encre. Ce qui a fait réagir l’ambassade des Emirats Arabes Unis à Londres. 

Ainsi, la représentation diplomatique émiratie a tenu, par le biais d’un communiqué, publié vendredi 19 février, à apporter des précisions au sujet de l’affaire de cette jeune princesse de mère algérienne, et à rassurer l’opinion publique. « Sa famille a confirmé que son Altesse est prise en charge chez elle, soutenue par sa famille et des professionnels de la santé. Son état continue à s’améliorer et nous espérons qu’elle reprendra une vie publique en temps voulu ». C’est ce qu’on peut notamment lire dans le communiqué en question.

Il est à rappeler que, la princesse Latifa, fille de Mohammed ben Rachid Al Maktoum, avait récemment publié une vidéo sur les réseaux sociaux, dans laquelle elle avait affirmé être retenue en otage dans une villa transformée en prison à Dubaï et qu’elle craignait pour sa vie. Cette vidéo est devenue virale, après que le média britannique BBC News l’ait relayée. Ce qui a suscité de vives inquiétudes auprès de la diplomatie britannique ainsi que chez l’Organisation des nations unies (ONU). D’ailleurs, cette dernière avait émis dans la même journée de vendredi de vives inquiétudes, allant même jusqu’à demander aux autorités émiraties de fournir des « preuves de vie ».

Lire aussi : Anis Rahmani, le directeur du groupe médiatique Ennahar lourdement condamnée par la justice

Affaire de la princesse de mère algérienne : vives inquiétudes

Notons que, Liz Throssell, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, avait indiqué aux médias avoir rapidement soulevé le cas de la princesse de mère algérienne auprès de la mission permanente des Emirats à Genève en Suisse. « Nous avons fait part de nos préoccupations concernant la situation, à la lumière des vidéos inquiétantes qui sont sorties cette semaine. Nous avons demandé plus d’informations et de précisions sur la situation actuelle » , a-t-elle souligné. Il y a lieu de mentionner que, plusieurs ONG, dont Amnesty international ont également exprimé de vives inquiétudes à ce sujet, appelant à sa libération immédiate.

Lire également :

L’affaire des étudiants algériens refoulés du Canada et bloqués au Maroc connait enfin son épilogue