Diaspora algérienne– Une chercheuse algérienne, répondant au nom de Karima Ait Aïssa, s’est distingué de fort belle manière aux États-Unis. Cette éminente spécialiste a été primée, dans le cadre de ses travaux contre le Cancer.

Advertisement

Après le Docteur Salim Bouguermouh et l’astrophysicienne Nabila Ghanim, qui faut-il le rappeler, ont respectivement chapeauté les essais du vaccin produit par le géant pharmaceutique américain Pfizer et découvert la matière cachée de l’univers, c’est au tour d’une autre chercheuse algérienne de se distinguer. Ainsi, Karima Ait Aïssa, chercheuse dans le domaine des thérapies du cancer, a été primée aux États-Unis. Elle bénéficiera de ce fait d’une subvention de l’ordre de 30.000 Dollars américains. Celle-ci rentre dans le cadre d’un projet de recherche qu’elle est entrain de mener actuellement. C’est en effet ce qu’a annoncé, hier 14 décembre, l’ambassade des USA en Algérie, via sa page Facebook officielle.

La chercheuse algérienne donne plus de détails sur ses travaux

Il y a lieu de souligner que, c’est l’organisation américaine de lutte contre le Cancer, dénommée American Cancer Society, qui a débloqué les fonds au profit de la chercheuse algérienne primée aux États-Unis. Et ce dans le but de lui permettre de bien faire avancer son projet de recherche qui porte sur la prévention de la morbidité causée par la radiothérapie. Il est à souligner que, Karima Ait Aïssa a donné plus de précisions concernant ses travaux. « Nos études se concentrent sur l’identification d’une voie moléculaire dans l’endothélium micro-vasculaire cérébral pouvant être exploitée », a-t-elle notamment affirmé, et relayée par la représentation diplomatique américaine en sol algérien. Cela devrait permettre, selon elle, de mettre en place de nouvelles techniques thérapeutiques préventives. Ce qui aiderait à améliorer la qualité de vie des survivants de la maladie du Cancer.

Les origines de la spécialiste algérienne

Mentionnons que, Dr. Karima Ait Aïssa est originaire de la localité d’Ouzellaguen, commune de la wilaya de Béjaïa, ville sise à 220 kilomètres à l’est de la capitale Alger. Elle avait eu une bourse post-doctorale au Medical College of Wisconsin, une école supérieure de sciences dont le siège est à Milwaukee, dans l’Etat du Wisconsin. Juste après avoir achevé son cursus, elle a rejoint l’université de l’Iowa. Elle y travaille dans la division de la médecine cardiovasculaire, depuis le mois de septembre 2018.

https://www.facebook.com/USEmbassyAlgiers/posts/3748042331883700

Lire également :

Une algérienne à la tête d’une importante découverte scientifique en France

Advertisement