France– Quelques jours seulement après avoir relancé le ministre de l’intérieur français, au sujet des blocages sur les visas octroyés aux bénéficiaires du regroupement familial, le député Hubert Julien-Laferrière, est de nouveau monté au créneau.

En effet, l’élu de la deuxième circonscription du Rhône a relayé un tweet posté par la journaliste algérienne Leila Beratto, mercredi 25 novembre. Cette dernière avait tenu, par le biais de son compte Twitter, à déplorer les blocages auxquels font face les bénéficiaires de ladite disposition. Elle a également regretté le mutisme des services du ministère de l’intérieur français, à l’égard des appels des députés, et notamment ceux de Hubert Julien-Lafferière.

Le député français exprime son désarroi

En partageant cette publication, l’ex député du groupe La République en marche (LREM), parti du président Emmanuel Macron, a joint un message. « Toujours silence radio », a-t-il notamment signalé. Avant d’ajouter sur un ton ironique « Allô la Terre ? Le Ministère de l’Intérieur ne répond plus ! Ah, on me souffle que si, mais pas à tout le monde ». Cette pique du député, fait suite à l’absence de réponses à sa doléance, de la part des services concernés.

 

Notons que, c’est la deuxième fois que le représentant parlementaire de la région du Rhône, tacle le premier responsable du département gouvernemental, en charge de l’immigration et de l’asile en France. Il avait adressé une lettre à ce dernier, au tout début novembre. L’élu avait expliqué, dans sa correspondance, la situation délicate que traversent les bénéficiaires du regroupement familial. Pour rappel, la France a gelé l’octroi des visas à cette dernière catégorie de personnes. Ce qui a causé des séparations au sein de plusieurs familles. Ensuite, l’élu est revenu à la charge, en date du 13 novembre dernier, afin de demander une solution définitive à ce problème qui perdure.

Il y a lieu de rappeler que, la procédure de regroupement familial en France, consiste à permettre à un ressortissant étranger, et notamment les algériens, de demander à être rejoint en Hexagone par des membres de sa famille, tels que son époux (se) et ses enfants. Il est à souligner que, ce processus est soumis à certaines conditions. De ce fait, le demandeur doit justifier d’un séjour régulier en France. Il doit également disposer des ressources suffisantes et d’un logement répondant à certains critères.

 

Lire également :

Regroupement familial pour les algériens en France : un député français revient à la charge