Algérie actualité– La réouverture des frontières de l’Algérie risque encore de tarder. C’est en effet ce qu’a estimé l’expert en virologie Yahia Mekki, cité par le site arabophone Djalia Dz.

Selon cet expert, l’épidémie de Coronavirus en Algérie, qui a connu une recrudescence ces derniers jours, atteindra un pic d’ici la fin de l’année. Cette situation risque de repousser la décision de réouverture des frontières de l’Algérie, a estimé le Dr Mekki. Toujours selon le même expert, la situation que vit actuellement l’Europe risque également d’avoir un impact sur la décision de rouvrir les frontières du pays. En effet, le vieux continent vit actuellement une seconde vague du virus. En France notamment, un confinement général est entré en vigueur depuis vendredi 30 octobre.

Selon le Dr Mekki, cette situation impose aux autorités des pays européens d’instaurer des restrictions sur les voyages. Il a estimé que, par conséquent, ces restrictions risquaient de retarder davantage la réouverture des frontières de l’Algérie.

Réouverture des frontières : une décision qui tarde à venir

La question de la réouverture des frontières, fermées depuis plusieurs mois à cause du Coronavirus, reste largement d’actualité. Pour les autorités algériennes, il s’agit avant tout de prévenir un scénario du type de celui que vivent les pays voisins, dont la Tunisie. Avec une moyenne de 1000 cas par jour, ce pays est en effet touché de plein fouet par la crise sanitaire, qu’il avait pourtant réussi à éviter dans un premier temps. Ainsi, la réouverture des frontières de l’Algérie dépendra non seulement de l’évolution de l’épidémie dans le pays, mais également à l’étranger.

Par ailleurs, il est à rappeler que l’Algérie connaît actuellement une hausse des cas de contamination au Coronavirus. Depuis quelques jours, le pays est en effet passé au dessus de la barre des 300 cas quotidiens. Selon nombre d’experts, cette hausse est notamment due au non-respect des mesures de prévention contre cette maladie.

Lire aussi : Reprise des vols vers l’Algérie : voici la décision d’Air France